Darnella Frazier et les autres, symbole des USA de l’intégrité et du courage, dans l’affaire George Floyd

Salah Ben Omrane   28 avril  2021 à 16:40

Cup Foods / Minneapolis

  Darnella Frazier, 18 ans, avec sa cousine de 9 ans, se dirigent vers Cup Foods.. Les deux jeunes filles vont à ce magasin — il se situe à l’angle de la 38 ème rue en croisement avec Chicago Av, dans  Minneapolis, ville du Minnesota aux États-Unis — pour s’acheter des snacks, en cette fin de journée de lundi 25 mai 2020 et avant que le soleil ne tire sa révérence.

Darnella FRAZIER, pantalon bleu et caméra en main

 Jusqu’à cette heure là, rien de particulier à noter parmi les évènements marquants de l’actualité médiatique aux États-Unis hormis l’indignation du président américain Donald Trump qui a manifesté sa colère dans la matinée contre les journalistes qui le critiquent à chacune de ses sorties de golf.

George FLOYD au moment du début de son interpellation par les policiers

 

Le policier Derek Chauvin

  Les deux jeunes filles arrivent devant le magasin. Elles assistent à l’arrestation de George Floyd. Darnella Frazier demande à sa cousine de la devancer, d’entrer dans le magasin puis elle revient sur ses pas, sort son téléphone portable et elle se met à filmer l’arrestation de G.  Floyd. Elle vient juste de réaliser la vidéo virale qui a fait le tour du monde. Dans celle-ci, on voit l’officier de police de Minneapolis, Derek Chauvin, appuyant avec son genou sur le cou de G.  Floyd. Celui-ci, est allongé par terre, sur le ventre, les mains menottées au dos, à moitié sous la voiture de la police et criant à répétition  » I cant breath! « .

Geneviève HANSEN pompier à Minneapolis

Le 30 mars 2021 l’adolescente s’est rendue à l’audience du tribunal de Minneapolis afin d’apporter son témoignage dans le procès pour meurtre de l’officier de police, Derek Chauvin. La présence des deux jeunes filles sur les lieux de l’arrestation a été confirmée par la vidéo-surveillance produite par la partie accusatoirn. La jeune fille, dans son témoignage, a assuré que des passants suppliaient le policier D. Chauvin de cesser son geste d’étranglement. Parmi les témoins de la scène, il y a Geneviève HANSEN, pompier de fonction, qui a assisté à la phase d’agonie de George Floyd sous le genou du policier Chauvin. Elle avait déclaré sa profession et s’était proposée de venir en aide pour réanimer la victime mais cela n’avait pas été suivi d’effet. Le refus sa proposition d’intervention, ne l’a pas empêché, de prodiguer à haute voix ses conseils et indications de professionnelle en direction du policier. 

Medaria ARRADONDO Chef de la police de Minneapolis

Le chef de la police de Minneapolis Medaria ARRADONDO, qui est le chef de l’unité de police à laquelle Derek Chauvin appartient, est venu au tribunal apporter ses précisions au cours procès. Il a dit : le fait de continuer à appliquer ce niveau de force sur une personne allongée sur le ventre, menottée dans le dos, cela ne fait en aucun cas partie de nos règles, de notre formation et n’est certainement pas conforme à notre éthique.

À l’issue de trois semaines de procès et de tension dans l’attente du jugement, le verdict est tombé : Le jury* a déclaré coupable, l’ex-policier Derek Chauvin d’homicide et de meurtre aux deuxième et troisième degrés. La sentence sera prononcée dans quelques semaines par le juge Peter Cahill.

Dans quel autre pays, peut-on voir une jeune fille adolescente filmer, sans broncher, un policier qui est à la manœuvre en train de commettre un meurtre par étranglement de « sa proie », qui est un individu menotté, en lui appuyant sur la gorge avec son genou, que cependant la jeune adolescente regarde le policier les yeux dans les yeux, sans se laisser intimider par l’expression menaçante de son regard ? Peu d’États dans le monde auraient laissé la dénonciation prendre son chemin dans le cadre d’un État de droits jusqu’à parvenir devant une justice qui garantit les droits de chacune des parties. Rappelons qu’il s’agit d’une dénonciation d’un crime qui a été exécuté par un policier au cours de son travail.

La vidéo Darnella Frazier a fait le tour du monde très rapidement sur les réseaux sociaux. Cela a engendré plusieurs manifestations de réprobation du sort  intentionnellement réservée à George Floyd. Cela a provoqué un vent de panique dans les rangs des autorités de la police de quelques pays, qui s’auto-définissent « démocraties ». Leurs gouvernements se sont vite mis à l’œuvre pour créer une parade-riposte législative qui étoufferait dans l’œuf toute tentative de dénonciation d’une action policière compromettante. 

______________________________________________________________________________________

*Composition du jury: 15 personnes sélectionnées dont trois remplaçants: Il y a parmi eux, entre autres : Une grand-mère noire à la retraite, une infirmière blanche, deux mères célibataires blanches, deux immigrés, deux personnes métisses.

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Cet article, publié dans actualité, Politique, Uncategorized, USA, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s