Les avocats tunisiens dans la rue

Par Salah Ben Omrane    le 02/02/2011

   On ne le dira pas assez . Des avocats tunisiens étaient dans le cortège des évènements qui ont conduit le régime Ben Ali vers la sortie. Ils ont relayé la cause de leurs compatriotes tout en exprimant leur exaspération, individuellement et collectivement et partout où ils le pouvaient, d’un système judiciaire qui avait perdu toute crédibilité depuis bien longtemps aux yeux de la population tunisienne .

 Des membres de cette profession ont été emprisonnés, torturés, chassés des tribunaux et condamnés injustement pour avoir simplement accepté de défendre honnêtement et correctement ,ce que du point de vue des agents du régime Ben Ali ,étaient des justiciables indéfendables. Ces avocats l’ont payé dans leurs vies privées et familiales car ils se sont dressés contre un régime autoritaire qui ne supportait ni la réplique ni la contradiction et qui encaissait le rappel du droit pour une insulte . Il ne tolérait aucune parole de travers susceptible d’apporter un soutien ou un réconfort à la victime d’une injustice.

 Le citoyen tunisien avait perdu toute confiance dans le système judiciaire. Il était devenu convaincu que tout dossier qui transitait d’un bureau à un autre dans toutes les juridictions, aussi bien en matière civile que pénale, était condamné d’avance s’il n’était pas soutenu par des « arguments » extra-juridiques sonnants et trébuchants ou appuyé par des recommandations en provenance d’un notable . Enfin, le tunisien avait toutes les raisons de ne plus attendre que le droit s’exprime dans un le haut lieu du service public qu’est un tribunal, il pouvait craindre la justice. 

 Les entraves étaient nombreuses pour laisser le droit s’exprimer . Des juges ont même étaient révoqués pour avoir rendu des jugements qui ne plaisaient pas à certains et qui n’ont pas manqué de le faire savoir à leurs appuis.

 Que ce soit sous une forme organisée ou improvisée , des avocats n’ont pas manqué le rendez vous historique qui a  amené la révolution .

 Ils ont été également des témoins actifs et pas qu’observateurs de la gronde sociale qui a soulevé le pays .

 La liste de ces avocats est longue . Je me contente de faire le renvoi au récent billet de Maître Mokhtar Yahyaoui  dans le blog  Nawaat. Il est l’un de ces avocat qui ,on peut le dire , font l’honneur à cette profession .

  Maître Laouini  avait décidé le soir du 14 janvier 2011 d’occuper la rue quelques heures après l’échappée de Ben Ali . Il a bravé le couvre feu juste pour ne pas laisser le président fuyant son pays et ex- premier magistrat de la  Tunisie , avoir le dernier mot de la journée.

Galerie | Cet article, publié dans actualité, Politique, Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.