Yadh Ben Achour à l’OCDE

Par    Salah Ben Omrane   le 18 avril 2011

Yadh Ben Achour se rendra cet après-midi au bureau parisien de l’OCDE ( Organisation de coopération et de développement économiques ) .

Cette visite s’inscrit dans le prolongement des contacts que la Tunisie a maintenu avec les pays membres de cette organisation . Certains avaient envoyé leurs émissaires qui avaient constaté de visu la nature du changement intervenu et qui ne pouvait qu’être rassurant aux yeux des États membres .  Tous sans exception , ont bien vu que les aspirations souhaitées par le peuple tunisien ,qui sont à l’origine du soulèvement populaire, sont en concordance avec ce que l’OCDE n’a cessé de réclamer à ses propres adhérents .

Le monde entier a vu qu’il s’agissait d’un soulèvement contre le système de corruption . Il a pris note que la première flamme est partie de Sidi Bouzid, pour l’application stricte d’un droit qui autorise à chacun d’entreprendre en toute dignité afin de subvenir à ses moyens de subsistance ,sans que ce droit ne soit , ni entravé par des agents corrompus, ni rencontrer une administration dont la cause ,que personne ne pouvait nier , était entièrement acquise à un pouvoir mafieux .

Cette revendication, interpelle même les pays Européens qui préfèrent qu’une grande majorité de ses citoyens pauvres se contentent de quelques maigres allocations mensuelles au lieu d’assouplir leurs législations qui constituent un barrage indéniable devant l’esprit entreprenant. Ce légendaire esprit bureaucratique,  fléau international dont même en Europe on parle très peu et gare à celui qui l’attaque de front .

Dans cette rencontre avec les membres de l’OCDE ,l’exercice pour Yadh Ben Achour est insolite en la circonstance .Lui qui est juriste ,pour une fois il devra quitter le territoire de la réclamation de l’application du droit sur tous , à pied d’égalité et à toutes les nations ,car il ne sera pas acceuilli par un organisme international ouvert à tous . L’OCDE est une sorte de club privé qui agit afin de créer des dérogations en matière de commerce et de services entre pays qui se concluent en contrats . Le but de cet organisme , est que les relations entre pays ne soient pas asphyxiés par d’autres recommandations internationales qui luttent contre toute forme d’exploitation du travail humain , quel que soit le pays où cela se produit .

Yadh Ben Achour ,entre autres parmi les points de sa fierté,il pourra revendiquer que la Tunisie ne figure sur aucune des listes des Etats bannis ou récalcitrants au droit économique international . Que la Tunise n’est ni un paradis fiscal aux contrevenants de la réglementation internationale en matière de la circulation des capitaux et autres fonds douteux et ne se constitue pas non plus en un Centre financier offshore.

Peu de pays dans le monde peuvent se targuer d’être aussi respectueux des directives internationales en ce domaine et d’où qu’elles viennent . Un certain nombre de pays dont certains,  font même partie de l’OCDE ne peuvent se réclamer si « clean  » dans les faits ,et si scrupuleux dans l’exécution des normes et autres conventions internationales, tel la transparence en matière bancaire .

Mais ,ne pas fricoter avec le diable, ne pas succomber à la tentation , en réalité ,est-il  bien vu aujourd’hui ou apprécié par les membres de l’OCDE ?

Galerie | Cet article, publié dans économie, europe-tunisie, Politique, Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.