La Tunisie, le G8 et les ajustements structurels

 Salah Ben Omrane  06 juin 2011  à  08:34

  voici un excellent documentaire qui témoigne des conséquences désastreuses sur la population d’un pays lorsque ses dirigeants, en son nom, contractent des dettes auprès des organismes internationaux prêteurs et avec l’appui du Fonds Monétaire international (FMI).

Il a été réalisé pour le compte de la BBC par le journaliste reporter  John Paul Kampfner 

 Dans le cas de ce documentaire édifiant, il s’agit d’un pays, le Ghana. Les phénomènes qui accompagnent l’engagement du pays en conséquence de la contraction de la dette, qui normalement était destinée de lui permettre de surmonter une crise financière présumée « passagère », ont des effets néfastes et désastreux sur l’ensemble de l’économie nationale et modifient radicalement le mode de vie de sa population. Ces phénomènes se répètent partout où le FMI intervient et il est supposé, à chaque reprise, aider le pays endetté à quitter la zone fatidique de crise financière. Sauf, qu’on s’aperçoit que seul l’appauvrissement résulte des plans de redressement des économies nationales des pays concernés.

Ces fameux plans qui mettent certains entiers à genoux, en réorganisant leurs économies, leurs modes de productions auxquels ils étaient habitués, sont appelés : les Ajustements structurels.

 Le paradoxe est que ce pays africain, ( le Ghana cité dans la vidéo) possède un des plus gros gisements en minerai d’or, sans compter toute la richesse dont son sol était capable de fournir en cultures et richesses agricoles pour ses paysans. En acceptant de s’endetter auprès de quelques établissements financiers internationaux, son sort a été scellé, en y perdant de l’autonomie de gestion de son économie, de la souveraineté dans ses prises de décisions et de son indépendance . Au mépris de l’intérêt de sa population Ghanéenne, le FMI l’a soumis au dictat des organismes prêteurs et forcé de se plier aux conditions des pays vampires, pilleurs de ses richesses. Il s’est avéré, en fin de compte,  que le FMI n’a qu’un seul intérêt à défendre: celui des « bailleurs de fonds », qui se comportent en charognards qui pillent les richesses du pays concerné dans des temps records, sans ménagement pour son particularisme ni considération pour la violence des dégâts qu’engendre l’interventionnisme extérieur peu scrupuleux.

peu occasionnés à l’issue en conséquence du systèmrespect pour avec qui sont intervenus en dilapider ses richesses !

Partie 1/5 :

Partie 2/5 :

Partie 3/5 :

Partie 4/5 :

Partie 5/5 :

 

 

En quoi ce témoignage est intéressant pour la Tunisie ?

Le 26 et 27 mai derniers s’est tenu le sommet du G8 à Deauville en France. Des représentants du gouvernement intérimaire tunisien s’y trouvaient. Ils s’étaient préparés à cette occasion pour présenter un plan d’aide au financement qui s’étale sur cinq ans d’un montant global de 25 milliards de dollars.

Tel qu’il a été relaté dans la presse, le G8 a répondu présent à la demande des représentants de la Tunisie, en consentant à donner sa bénédiction auprès du FMI et autres banques d’investissement internationales afin que la Tunisie puisse obtenir des facilités dans l’octroi de certains prêts, mais à la condition que la Tunisie fournisse la preuve de son engagement dans la voie  de quelques réformes politiques et économiques  structurelles (1) .

 De quelles réformes politiques ,de quelles réformes économiques, s’agit-il  ? ! الله أعلم .

Le seul document qui peut éclairer notre lanterne sur ces fameuses réformes s’intitule: « Le document de présentation de la Tunisie ». Il a été remis aux convives lors de cette rencontre.Dans ce document ,il est écrit ceci: «La Tunisie mettra en place un dispositif dédié et centralisé de reporting, assurant une communication régulière à l’attention des bailleurs de fonds internationaux. L’attribution des marchés se fera dans le respect des meilleures pratiques internationales. ».

 Nous pouvons ainsi déduire ,sans trahir ni dénaturer l’esprit de ce document, qu’il est question :

1.  De mettre en œuvre un dispositif .

2. Qu’il y aura des bailleurs de fonds internationaux .

3.  Qu’il y aura une attribution de marchés.

4. Que les règles de distribution de ces futurs marchés seront suivant  « les pratiques » sic  internationales.

 La question qui s’impose d’elle même : Un gouvernement intérimaire peut-il aller aussi loin dans des engagements si compromettants pour le pays tout entier alors qu’ils  mettent indiscutablement son avenir entre les mains de quelques « bailleurs de fonds » dont les intentions ne sont un secret pour personne ?

En temps calme sans crise ni heurts et avec un gouvernement issu d’une majorité élu par le peuple, tout gouvernement est lié à son parlement, c’est à dire aux élus du peuple. Il ne peut pas s’engager, en allant aussi fort et aussi loin  sur des questions aussi vitales pour le pays , aussi déterminantes pour son avenir ,sans le consulter et sans tenter d’obtenir son aval après diverses tractations. Ceci sans  oublier que le même parlement, avant de fournir ses recommandations devrait au préalable organiser des études voire des consultations auprès de quelques intéressés au sein du peuple, avant d’émettre tout avis sur des questions aussi engageantes pour la nation que l’ouverture du pays à des tiers sous une forme telle qu’elle est présentée dans le document à destination des membres du  G8.

 Qu’est ce donc un  G8 ?

C’est à la suite du premier choc pétrolier que la première rencontre au sommet entre chefs d’Etats de quelques puissances hégémoniques de la planète a eu lieu en 1974.

Ce fût un G5 organisé à la hâte entre les États-Unis, le Japon, la France, l’Allemagne de l’Ouest et le Royaume-Uni. Le principal objectif des dirigeants de ces pays était de s’entendre sur la marche à suivre envers les pays dont le sol regorge de pétrole. Par « s’entendre », il faut évidemment comprendre : ne pas se laisser dicter une conduite par les quelques pays détenteur de l’or noir. À ce propos Henry Kissinger , chargé des relations extérieures des Etats -Unis, disait déjà « Le pétrole est une chose trop sérieuse pour qu’on la laisse aux Arabes ».

Depuis , ce club de pays puissants et belligérants est resté très fermé . En trois décennies ,seuls L’Italie, le Canada et la Russie ont pu s’y joindre. Cependant, les objectifs lors de ses rencontres annuelles ,dépassent le cadre de l’entente en ce qui concerne le pétrole.

Il est question maintenant de prendre les mesures en commun et à leurs avantages qui leur permettent d’avoir la main mise et le contrôle absolu sur tous les échanges commerciaux dans le monde. L’aspect financier de toutes les initiatives du sommet, étant devenu le vecteur de chaque rencontre, fait que Le FMI avec son bras armé la Banque mondiale, deviennent les hôtes permanents. Lors de chacune de ces rencontres, le pays invitant transforme le lieu de la rencontre en bunker coffre-fort à l’abri de toute manifestation. Il arrive que la répression des manifestants autour du lieu de la rencontre se transforme en drame. C’est ainsi qu’à Gênes, en juillet 2001 ,un manifestant du nom de Carlo Giuliani a été abattu d’une balle dans la tête à bout portant par un policier.

les Ajustements structurels :

En conclusion ,on pousse les gouvernements du tiers monde vers l’endettement  sous prétexte qu’on leur accorde des facilités de paiement. On leur indique et on les oriente vers les moyens de régler la dette contractée. Cependant ,on les met en concurrence les uns contre les autres où ils se retrouvent à présenter des produits et des matières premières dévalués sur le marché. Pendant ce temps là, ils doivent ouvrir leurs pays à la capitalisation financières de leurs ressources naturelles tels l’eau et les sources d’énergie. Arrivent par la suite les pays acheteurs qui fixent eux-mêmes les prix de tout produit destiné à l’exportation, après s’être assurés d’avoir  tué la concurrence, puisque les pays du tiers monde se retrouvent à présenter les mêmes produits sur le marché.

C’est le fondamentalisme financier!

C’est ainsi que certains pays se trouvent dans l’incapacité de rembourser leurs dettes en vendant des produits qui, à peine couvrent les frais  alors que les mêmes produits vendus par les pays riches sont subventionnés. A chaque produit acheté, le pays en situation de force, indique le produit à acheter en contre partie ,sans quoi la transaction n’ait pas lieu. C’est ainsi que les pays du tiers monde se trouvent dans l’obligation de s’équiper en armes et s’acheter d’autres services aux pays prêteurs, alors qu’au fond ils pouvaient se passer de leurs dépenses qui souvent n’ont aucune utilité pour le pays en question.

En parallèle ,on ne desserre pas l’étau : On impose à ces pays le remboursement de la dette en priorité et au détriment de tous les programmes dont a besoin le pays pour sa population dans des domaines qui sont véritablement prioritaires ,tels celui de la santé, de l’éducation et bien d’autres secteurs dont dépend le développement.

L’ironie dans ces ajustements structurels ,est qu’aucun pays n’a pu se libérer des contraintes de sa dette extérieure par les moyens fixés pour son remboursement par le prêteur.

Alors « les bailleurs de fonds » ne servent en fait, qu’à pousser au fond , au fond du gouffre, les  pays désireux de contracter des dettes avec la bénédiction du FMI.

  ♦○•○♦○•○♦○•○♦

(1)  Déclaration de M.John Lipsky le 27 mai 2011 :  « J’ai eu l’occasion de rencontrer ici les dirigeants égyptiens et tunisiens, et j’ai été encouragé par leur détermination à opérer des changements durables et des réformes structurelles. Il reste du travail à effectuer pour définir les objectifs et les stratégies. Le FMI est prêt à œuvrer avec les pays membres de la région pour satisfaire leurs besoins de financement urgents et établir les stratégies nécessaires à leur succès à moyen terme. »

Galerie | Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La Tunisie, le G8 et les ajustements structurels

  1. Ben Rajiba, Hatem dit :

    – Tu as fais ce qu’un bon enseignant doit faire: combiner les medias pour que les informations se memorisent et pour attirer leur attention.
    Deux phrases clees dans cette analyse: Il s’agit du fondalisme de l’economie.-Le fondalisme des finances.
    Ce sont alors des systemes radicales qui meme s’il ont l’intention de realiser des objekives nobles, il conduiseraient a des catastrophes, parce que la verite se situent entre les poles, comme nous nous vivons entres les deux poles, pendant q’ eux restent vides.
    Merci beaucoup pour cette analyse ou tu as atteind un tres grand effet en oeuvrants des differents medias.
    Tu as deja exprime l’attention de publier tes analyses en arabe. Je te pris de le faire le plus tot possible car les tunisiens se dirigent vers l’arabisation et beucoup de jeunes ont beaucoup de difficultes avec cette langue.

Les commentaires sont fermés.