L’Assemblée Constituante tunisienne examine l’article 8 de la Constitution

Salah Ben Omrane  le 08 décembre 2011 à 20:10

    L’Assemblée Constituante a voté cet après midi l’article 8 dans le projet de la constitution portant sur l’organisation provisoire des pouvoirs publics. Dans le projet initial, préparé par la commission chargée de rédiger les articles de la constitution, il figure la proposition suivante en ce qui concerne le pouvoir exécutif : « Le président de la république doit être Tunisien, musulman, ne devant être titulaire d’aucune autre nationalité que Tunisienne, né de père et de mère de nationalité tunisienne et il doit être âgé d’au moins trente cinq ans . »

Lors de la soumission de cette proposition de loi à l’Assemblée, il y a eu l’intervention de Karim Bouebdelli. Il a proposé la suppression de la condition qui figure dans cet article et qui consiste à priver les Tunisiens titulaires de la double nationalité d’accéder à la fonction suprême de la présidence de la république.

Il a dit qu’une telle loi ne fait que classer les Tunisiens en catégories (des Tunisiens « ordinaires » et des « Tunisiens pas tout à fait comme les autres, ni à part entière « ). Il a évoqué le fait que plus de 15% des Tunisiens vivent à l’étranger et qu’en grande majorité, participent activement à tous les secteurs de la vie publique du pays. Il a soulevé l’aberration dans les mêmes textes de loi de la même Assemblée, qui tolèrent qu’un premier ministre puisse avoir la double nationalité, alors qu’un prétendant à la présidence de la république en soit privé. Il a également rappelé que le président Habib Bourguiba, jadis, exhortait les Tunisiens à l’expatriation. D’ajouter ensuite, que de nombreux Tunisiens avaient opté de vivre volontairement à l’étranger. Il a rappelé que des Tunisiens, par contrainte, en étant des réfugiés politiques, chassés par un régime répressif,  avaient fini par acquérir  la nationalité du pays de leur résidence et accueillant.

Karima Souid, une élue de l’Assemblée, a  appuyé la demande de Karim Bouebdelli, lorsque son tour de parole est venu. Elle a fait une intervention émouvante, qui en peu de paroles, a rendu présent, sous la coupole de l’Assemblée, un pan  de l’Histoire vibrante de la Tunisie depuis un demi siècle. Elle est celle de toute famille tunisienne composée de ses membres dont certains résident en Tunisie et d’autres qui se retrouvent  sur des terres lointaines. Tel que l’a rappelé d’ailleurs Karim Bouebdelli, la migration tunisienne n’a rien de comparable avec celle qu’en trouve entre pays européens, tels l’Angleterre ou la France et qu’ainsi, aucune comparaison législative en matière des droits et pouvoirs des binationaux, ne  peut avoir lieu  sur le sujet en question.

A la fin de chacune de ces deux interventions, il y a eu des applaudissements. Mais au moment où il y a la soumission de sa proposition au vote, une majorité des constituants de l’Assemblée, a fait un revirement. Elle s’est repliée sur le texte initial en l’ adoptant par une majorité de 145 voix tout en rejetant la modification proposée.

Le rêve d’une Tunisie ouverte où des Tunisiens regardent leurs semblables, leurs compatriotes à l’étranger, non pas comme une menace, mais comme des membres d’une seule et même famille, n’a duré que 5 secondes. Juste Le temps de quelques applaudissements chaleureux. Ils ont failli me faire croire qu’ils étaient sincères et Dieu sait ô combien je suis vigilant à la vue de toute abondance de bon sentiments. Que Dieu leur pardonne ce tour de passe passe bluffant.

Immédiatement après le vote, on a vu l’inénarrable Tahar Hmila du CPR, se lancer dans une diatribe incompréhensible et indéchiffrable, semblant expliquer le vote de l’Assemblée qui venait de  se  produire, sans manquer d’ajouter en plus le ton passionnel qui le caractérise dans ses interventinos. Seule expression compréhensible dans ce qu’il disait et qu’il répétait sans cesse :  «  سيادة الدولة », qui signifie : « La souveraineté de l’État« . En plus qu’il était passionné, il avait l’air sérieux! Lui qui reprochait aux sit-inneurs, installés devant l’Assemblée d’être des francophiles, avec son langage fleuri qui lui est propre, il les désigna d’«Orphelins de la France». Une expression qui lui a valu un petit rappel à l’ordre par les compagnons de son parti. Avec ce qui vient de se passer à l’assemblée, il peut enfin passer une nuit paisible en savourant l’image des 145 mains tendues et levées dans les rangs de l’assemblée. Preuve, qu’il peut passer outre le rappel à l’ordre de son parti puisque son égo vient d’être vengé !

On ne finit pas d »être surpris, jour après jour , de la véritable réalisation des acquis de la révolution qui poursuit son chemin. La preuve, l’Assemblée constituante a été aujourd’hui, d’une éloquence stupéfiante vis à vis des Tunisiens qui vivent à l’étranger et qui ont la double nationalité. Cependant, il parait qu’il ne faut jamais chercher à énumérer les priorités de cette révolution au sein de l’Assemblée. Car cela ouvrirait des points de controverses. En effet, pas besoin d’explication sur les intentions de nos élus. Les actes suffisent ! C’est ce que tout le monde a vu dans ces 145 mains levées simultanément.

Que les Tunisiens à l’étranger ,qui sont en possession de la double nationalité, puissent tirer les leçons qui s’imposent de cet estime et de cette considération chaleureuse et débordante de leurs chers compatriotes fraichement élus et faisant leurs premiers pas au pouvoir . Pas la peine de dire qu’il faudra bien rappeler au moment opportun, à ces 145 mains levées ,la fracture qui vient de s’écrire dans la constitution entre « Tunisiens ordinaires » à nationalité unique et « Tunisiens de seconde » zone, à double nationalité. Bien entendu, de faire obstacle à toute loi à géométrie variable ultérieure.  Ben Ali ou Leila Trabelsi viennent d’être réhabilités. Ils sont « plus » Tunisiens » que les Tunisiens à double nationalité. Des « purs Tunisiens » avec une seule nationalité.  On ne peut pas dire que le vœu  de l’Assemblée Constituante ne soit pas ainsi  !

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour L’Assemblée Constituante tunisienne examine l’article 8 de la Constitution

  1. james-tk dit :

    Je suis Tunisien depuis la nuit des temps,issu d’une famille musulmane depuis une éternité,ils m’ont quand même exclu;étant moitié agnostique,moitié athée,et ce vote m’attriste,m’inquiète,et me révolte !

  2. Adel Majri dit :

    بند 8 (إقتراحي الخاص ):

    رئيس الجمهورية التونسية يجب أن يكون حاملاً للجنسية التونسية فقط دون سواها . أن يكون من أم وأب تونسيا الجنسية أيضاً ، دينه الإسلام (يثبت ذلك بشهادة ثلاثة أشخاص على الأقل ) ، سني المذهب ، ذا قشرة لونها أبيض إلى القمحي ، كما يقدم شهادة من مخبر حكومي تثبت سلالته العربية النقية .

  3. Charfi dit :

    On aurait pu éviter cette frustration . Mais imaginez qu’un tunisien portant aussi la nationalité américaine soit président de la république tunisienne et trahisse son pays comme l’ fait un certain Z .Les usa vont le protéger de toute façon comme étant un des leurs , et il ne sera jamais puni .

    • Ali dit :

      Ali
      Cher charfi, c’est aux élécteurs tunisiens de décider de lui accorder la confiance ou pas.
      ce n’est pas à l’assemblée constiyuante provisoire d’exclure les tunisiens !!!!

  4. Chers commentateurs ,de mémoire , je cite quelques binationaux qui ont occupé des fonctions importantes ou qui l’occupent en ce moment :
    Vous avez :
    1. Eva Joly est Franco-Norvégienne .Elle est dans la course à la présidence de la République Française

    2. Albert Einstein, était Suisse Américain

    3.Arnold Schwarzenegger, est Autrichien et Américain

    4.Willy Brandt, est Allemand et Suédois

    5.La reine Beatrix des Pays-Bas, est Néerlandaise et Britannique

    6.Benyamin Netanyahou a également la double nationalité . Il est Américain et Israélien.

    Ceci dit ,Il n’y a que l’esprit ouvert , la curiosité , la connaissance , le savoir et surtout la confiance en soi, qui peuvent réellement chasser l’ignorance . Le parcours est long pour y arriver même lorsqu’il y a de la volonté . Or, la mentalité conservatrice et rétrograde veut que la peur , la méfiance, le soupçon et la haine d’autrui, deviennent pas seulement une politique mais un système de défense quotidien. Ce sont des considérations qui dépassent les frontières géographiques de chaque pays et de chaque morceau de papier considéré comme une carte d’identité ou passeport. La démonstration a bien eu lieu lorsque les 145 mains se sont levées à l’Assemblée constituante. Elles sont parties du même socle que celui du parti le Front national en France . Un parti de l’extrême dans le rejet .On a eu la preuve qu’Ils sont dans le même combat!

    • Adel Majri dit :

      سلم قلمك و عقلك يا منور . لم استطع أن أقول أحسن مما كتبت في جاوبك . لا تدخر جهداً وفطنة في محاربة العنصرية ، التقوقع والكراهية . اكرر رجائي إلى ترجمة نصوصك الرائعة إلى العربية !!!!!

Les commentaires sont fermés.