Un visage du salafisme à la tunisienne

Salah Ben Omrane  mardi 20 mars 2012 à 15:29

 Bilel Chaouchi dit qu’il est Salafiste. Il était l’invité de Radio Kalima, il y a quelques jours. Il est de ceux qui avaient choisi la faculté de Manouba pour repère et pour défendre les Niquabées. Je vous épargne les cinquante minutes de son interview, pour ne reprendre que les minutes où il s’est adressé directement à Amel Attia au téléphone par la radio.  Elle est l’étudiante qui a été ruée de coups par les salafistes dans ses parties intimes pour qu’elle se retrouve aux urgences immédiatement ensuite, juste après que le drapeau tunisien ait été souillé par des mains qui ne cachent pas leur envie d’en découdre avec cet emblème national. « Ton certificat médical tu peux le mouiller et boire son jus »  lui a lancé sur les ondes, avec toute l’arrogance qui caractérise cette dite mouvance islamique.

  Il faut tout de même rappeler que lui, c’est l’invité. Il est la vedette à l’honneur. Il peut se trémousse sur sa  chaise, tandis qu ‘Amel Attia, elle était invisible pendant l’échange verbal. Elle  n’était en contact avec la radio que par le téléphone, à écouter le langage fleuri de l’invité . Elle a préféré ne pas répondre à la provocation tendue. Et elle a raison.

 La saison des petits bras qui roulent les mécaniques semble avoir du mal à s’éclipser du paysage culturel tunisien. C’est une situation qui n’est point annonciatrice d’une Tunisie qui soit digne d’une envie de changer véritablement. Elle n’est ni prometteuse ni porteuse d’une vague d’intelligence. Il faut reconnaitre que seuls les commerçants peuvent se frotter les mains et attention ,il ne s’agit pas de n’importe quel commerce. C’est la friperie qui gagnera dans cette affaire ! Les vendeurs de casquettes, style américain en couleur treillis, seront les vainqueurs au bout du compte .

Seulement pour 40 euros , l'équivalent de -100 dinars,la tenue complète

L’allure de l’invité de Radio Kalima est enfantine. Son langage dit tout et trahit ce qu’il y a sous la casquette. Le problème n’est pas là . C’est dans Radio Kalima . À quel jeu joue cette Radio ? Si c’est juste pour faire un étalage obscène de ce genre d’énergumènes , on le sait déjà que ça existe en Tunisie. Malheureusement, c’est une marchandise inexportable . On ne peut la fourguer à aucun pays . Même pas dans les pays dits tolérants avec les salafistes. Eux mêmes, ils en ont des tonnes de cageots en stock et ils ne savent pas quoi en faire pour s’en débarrasser . À moins qu’il s’agit d’une affaire de démonstration d’un échantillon ,pour se servir comme menace pour obtenir des aides et des crédits des puissances étrangères. Comme cela se pratiquait au temps de Ben Ali. Dans ce cas, je n’ai rien dit. Faites votre beurre et bonne chance !

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.