Afra Ben Azza, une affaire nationale à suivre

Salah Ben Omrane 17 décembre 2015 16:00

AFRA

Afra Ben Azza

  Un réveil difficile et douloureux pour les démocrates en Tunisie.

Afra Ben Azza est une jeune fille lycéenne de 17 ans. Elle a passé une nuit en geôle de la ville du Kef suite à une décision de justice. Elle aurait été appréhendée par la police dans la journée d’hier. Il semblerait que cela se serait passé au cours d’une manifestation dirigée contre la transformation d’un café qui se situe dans un quartier historique au centre de la même ville.

 La nouvelle de son arrestation a irradié les réseaux sociaux qui sont déjà surchauffés par le rythme effréné des mises sous cellule de nombreux jeunes pour des affaires liées à la consommation de cannabis, à l’homosexualité ou sur simple soupçons d’homosexualité. Les Tunisiens viennent de découvrir que le simple soupçon d’homosexualité, constitue un motif suffisant, donnant droit à une fouille au corps de l’intéressé par un médecin, qui est bien évidemment inscrit à l’ordre des médecins, qui a le droit d’inspecter minutieusement l’intimité de l’appréhendé jusqu’à l’anus. Sait-on jamais qu’on pourrait découvrir à l’intérieur de la terminaison du tube, quelques grenades cachées, un kalachnikov AK 47, voire peut-être un tank. Après tout, cela éviterait l’effort d’aller jusqu’au Mont Chambi pour récupérer  un arsenal dont on sait pas où il se trouve.

 Peu d’informations circulent sur les conditions de l’interpellation de Afra Ben Azza. Encore moins à propos des motifs, sur lesquels s’est fondé un magistrat en émettant la décision d’enfermement de la jeune fille.

 Le Ministère de l’intérieur a réagi tôt ce matin par ce communiqué :
« Aujourd’hui 17 décembre 2015, le ministre de l’intérieur a chargé deux inspecteurs de l’inspection générale de la sureté nationale de se déplacer au Kef, pour faire une enquête administrative précise et poussée au sein du secteur de la sureté nationale d’El Kef sur les circonstances de l’arrestation de la jeune fille Azza Ben Arfa.« 

Communiqué du ministere de l'intérieur

 Il y a quelques heures, est venue la réaction du Président de la République Béji Caïd Essebsi (vidéo de Mosaïque Fm en bas) . Il a manifesté son écœurement et sa réprobation devant le fait qu’une jeune fille de 17 ans soit mise en geôle. Quoi qu’il en soit du comportement de la jeune fille, il a estimé que cela ne pouvait pas conduire vers sa mise en cellule. Étant le premier magistrat de la République, on peut d’ores et déjà considérer son intervention, comme état le premier désaveu officiel de la décision du magistrat qui a ordonné l’enfermement.

 Pendant ce temps, des lois scélérates promulguées et signées par Zine Al Abidine Ben Ali, continuent de déterminer la vie dans le pays et elles sont brandies dans les tribunaux. N’est ce pas le meilleur des hommages qui peut toucher le cœur du résident en Arabie Saoudite. Ces lois font enfler de jour en jour la masse des jeunes emprisonnés. D’une jeunesse abandonnée, puis méprisée, qui réclamait de la dignité il y a cinq ans, vient le temps de la jeunesse attaquée. Ben Ali n’a pas besoin de revenir en Tunisie pour se venger contre cette jeunesse, qui lui a tenu tête, qui lui a causé des « malheurs » en lui faisant perdre son siège de président de la Tunisie. La machine de la vengeance fonctionne bien bien toute seule.

 

Précisons complémentaires de dernière minute à 18:35:

On apprend qu’ Afra Ben Azza a été libérée, il y a quelques heures. Elle vient de publier sur sa page Facebook, sous son pseudonyme, le  billet suivant : Afraa Rebel


 

………………….

…………………….

Traduction de son billet : » Je n’ai pas été arrêtée à propos de Ben Makhlouf [ndlr: le Café auquel il est fait référence dans l’article], mais j’ai été arrêtée pour mes publications sur Facebook qui ont « touché l’être des sécuritaires », avec pour accusations pour avoir porté atteinte à un fonctionnaire public,  porter atteinte délibérément à l’institution sécuritaire et atteinte à l’ordre public. Si je n’étais pas mineure, je ne serais pas rentrée. Ils m’ont fixé une date d’audience pour le 31 décembre.

Ne vous en faîtes pas pour moi , la politique qui bâillonne les bouches est revenue et je ne me tairai pas.

Le 17 décembre ne vous rappelle rien ? »

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans actualité, administration, Droit, justice, Politique, Tunisie, Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Afra Ben Azza, une affaire nationale à suivre

  1. Ping : Afra Ben Azza , jeune fille de 17 ans raconte sa nuit dans une geôle tunisienne | Le milieu autorisé

Les commentaires sont fermés.