Zine Elabidine Ben Ali ,traduction de sa missive du 19 juin 2011

Par Salah Ben Omrane  le 20 juin 2011 à 15:15

À un jour  près , Zine Elabidine  Ben Ali aurait pu dire qu’il lançait son appel du 18 juin depuis la Mecque . C’est raté ! À 4 jours près , il aurait pu étouffer le vent de révolte qui avait secoué la Tunisie ,s’il s’était rendu au chevet de Mohamed Bouazizi , immédiatement , dès qu’il avait appris la nouvelle de son immolation par le feu . C’était raté ! À deux semaines près , lorsqu’il était encore le chef de l’État ,il aurait pu annoncer qu’il renvoyait tous les membres du gouvernement chez eux ,pour calmer la foule , ceci avant que la révolte ne se généralise dans toute la Tunisie et ne se transforme en révolution . C’ était également raté !

Par ailleurs , 24 heures avant la tenue de son procès à Tunis , l’avocat de Zine Elabidine  Ben Ali,  Akram Azouri ,dont le bureau semble se situer au Liban , a rendu publique ,une note d’information concernant son client. Il l’a intitulé « Une déclaration du président Zine Elabidine  Ben Ali – 19 juin 2011« .

Dans quel but ? Obtenir la compréhension de ses juges ? Menacer de faire des révalations publiques ?

Dans cette lettre  , il est annoncé qu’elle est la première d’une communication qui va se poursuivre dans le but d’apporter des précisions sur les conditions de départ de Ben Ali ,au soir  du 14 janvier dernier.

Or , ne participant pas directement à son procès,  en ne se présentant pas physiquement  à Tunis , Ben Ali ,par cette communication , a-t-il enfreint les règles que lui avaient assignées les autorités Saoudiennes  , à savoir : n’exercer aucune activité politique en direction de la  Tunisie pendant qu’il réside sur le sol de l’Arabie Saoudite ?

Les Autorités Saoudiennes nous diront tout le bien qu’elles pensent de l’amabilité, qu’adresse leur hôte aux nouvelles autorités de la Tunisie .

Elles nous traduiront  leur pensée , sur ce faire exercer ce nouveau droit, qui est insolite en la matière de défense , en faisant participer un citoyen ,se trouvant sur leur sol ,à un procès qui se déroule à Tunis  mais uniquement à la manière que lui seul l’entend ainsi se dérouler .

Affaire à suivre …

En attendant , voici la traduction du Courrier (écrit en arabe ) de Zine Elabidine  Ben Ali :

Début de la lettre :

[Azouri et associés

Bureau d’avocats

( adresse au Liban , non reproduite  )

 

Déclaration du président Zine Elabidine Ben Ali

19 juin 20‏11

 

Le président  Zine Elabidine Ben Ali veut éclaircir ce qui suit :

 Il a quitté son pays ,il y a 5 mois et il fera une annonce prochainement  sur les conditions de son départ de la Tunisie .

Ce qui l’intéresse ,en ce moment,  est de mettre l’accent qu’il n’a nullement fui, qu’il a évité que se produise une confrontation sanglante entre frères ,enfants du même pays, que ceci a toujours été dans sa pensée et dans son cœur , que pendant ce temps là , il n’a même pas entendu ne serait-ce qu’une seule voix faisant appel à l’amour de la nation ,alors que lui, il y croyait .

 Il a enduré en silence,  qu’on désigne sa personne en le lui faisant endosser toutes les fautes ,tous les manquements et toutes les erreurs dans la république Tunisienne . Ils ont fait semblant d’oublier que l’État, sous sa conduite, a pu pendant 23 années ,améliorer le niveau de vie de chaque individu qui compose la population Tunisienne et qu’il  a fait de la Tunisie, un pays moderne , devenu un exemple , que rappellent plusieurs pays amis, malgré que le pays nécessite plus d’amélioration et plus de consolidation dans les fondations des libertés publiques.

 Il espère de tout cœur que la Tunisie échappe au chaos ,à  l’assombrissement et qu’elle finesse son trajet vers la modernité.

Il sait que chaque nouvelle autorité politique désire attribuer les torts à celle qui l’a précédée,  en lui faisant porter la responsabilité de toutes les difficultés ,qu’elle ne parvient pas à surmonter . Il ne le conforte que l’espoir que les enfants de son pays lui rendent justice en se souvenant du parcours qu’ils ont parcouru ensemble . Il faut que l’Histoire le fasse . Quand ce moment arrivera , il sera trop tard pour un tel homme ayant un âge avancé.

 Il parait que des instructions sont en cours à fin de le juger.  Est-ce que le but est de détourner  l’attention des tunisiens sur les troubles , que personne ne peut l’en accuser ni lui imputer la responsabilité ?  Ou bien,  ils fixent leur attention sur un passé auquel  ils prétendent nuire, tout en faisant semblant d’ignorer un présent sans indications précises , impuissant et qui éveille des inquiétudes ?

 Il veut que tous , sachent que cette poursuite pénale n’est qu’un image tronquée et honteuse de la justice des vainqueurs et qu’elle n’a comme but que d’accuser le président d’hier pour leur incapacité de réussir quoi que ce soit aujourd’hui .

 Il nie vigoureusement les accusations qu’ils veulent lui faire coller,  car il n’a, à aucun jour, été propriétaire de toutes ces grandes sommes, qu’ils ont prétendu trouver dans son bureau ; Qu’il est troublant qu’il ne les ai pas emmené avec lui , si elles étaient effectivement en sa possession, le jour de son départ. Pourquoi elles n’ont été trouvées que deux mois après qu’il ait quitté le pays ?

 Mais,  en ce qui concerne les armes dont il est prétendu qu’elles ont été trouvées , elles ne sont que des armes de chasse dont la plupart, ne sont que des cadeaux que des présidents d’autres pays ont offert lors de leurs visites de la Tunisie.   Les drogues dont il est prétendu qu’elles étaient en sa possession n’est que du mensonge ,de la calomnie et de l’infamie. Quelle est l’importance de deux kilos d’herbe pour un véritable marchand de drogue ?  Est-ce que cette quantité représente beaucoup ou peu ? L’affaire n’est pas logique et ridicule. Son unique but , est la diffamation .

Il vous prie de réfléchir une seconde : Cette accusation stupide et ridicule , invraisemblable , dans un chronométrage maquillé dans la découverte des drogues , deux mois après son départ pendant la découverte des sommes monétaire,  n’est que le signe d’une mise en scène et la fabrication pour des procédure judiciaires.

 Le fait qu’il y ait une absence de preuves pour le juger , les a contraint , à inventer et à fabriquer des preuves pour le poursuivre !

 Son seul tort, est le fait qu’il était président de la république pendant 23 années. Il ne s’oppose pas à des règlements  politiques, mais pas à la diffamation et l’injure par du rafistolage d’accusations honteuses et imaginaires.

  Il espère que cesse également la prétention qu’il a eu en possession en France ou ailleurs de l’immobilier ou des comptes bancaires . Il nie fermement ces accusations erronées et nie officiellement en être propriétaire à l’extérieur de la Tunisie de sommes d’argent , qu’elles aient été déplacées ou non.

 Il veut donc adresser son salut et remercier tous ceux qui ont travaillé pour l’État et pour le pays  à ses côtes , dans le cadre de leurs exercices  dans l’administration ou dans le parti . Il confirme aussi son soutien et tout son amour, à tous les enfants de son pays qui sont poursuivis et qui sont emprisonnées pour le fait qu’ils l’aient aidé dans ses missions pendant qu’il gouvernait .

 Il conclue sa lettre en disant :

 « J’ai consacré ma vie pour mon pays . Mon objectif ,au printemps de ma vie ,ne consiste qu’à défendre mon honneur . S’ils veulent dénigrer le dernier quart du siècle passé ,dont je suis fier et durant lequel j’ai gouverné la Tunisie, qu’ils le fassent,  mais sans recourir à la nuisance et à la diffamation  de ma personne,. Car, il est impossible de construire un avenir respectable et prometteur avec des accusations  bricolées , imaginaires et mensongères sur la période passée. »

 Vive la Tunisie

 Zine Elabidine Ben Ali   

 l’avocat  Akram Azouri] fin de la lettre.

 ♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Zine Elabidine Ben Ali ,traduction de sa missive du 19 juin 2011

  1. à lire et …

Les commentaires sont fermés.