La Tunisie et la Banque Européenne d’investissement

Par  Salah Ben Omrane  , le 23 juillet 2011 à 18h15

  La Tunisie vient de signer un emprunt d’un montant de 163 000 000,00 euros auprès de La Banque Européenne d’Investissement. 

 A quoi servira cet emprunt ?

 D’abord, il semble que cette somme ne soit pas assez. Elle ne représente que 50% d’un investissement total de 327 millions d’euros qui se destine à améliorer l’état des routes et à renforcer la sécurité routière. Il y a top d’accidents sur le réseau routier tunisien, d’après les autorités tunisiennes. La Banque Européenne approuve ce constat, puisqu’elle a donné son feu vert pour l’emprunt.

 Cependant, ces 163 millions d’euros empruntés, mettent la Tunisie dans la position du pays qui a battu le record cette année en empruntant la somme la plus élevée auprès de la BEI, comparé au reste des pays du bassin méditerranéen. 

 Tel qu’on le voit sur le tableau ci-dessous ( source BEI) :

Algérie

0

Égypte

0

Gaza / Cisjordanie

0

Israël

142,000,000

Jordanie

81,000,000

Liban

0

Ensemble des Pays Méditerranée

39,217,030

Maroc

0

Régional – Afrique du Nord

0

Syrie

0

Tunisie

163,000,000

 
Montant total

425,217,030

Or, le premier ministre d’intérim Béji Caïd Essebsi, disait à propos des emprunts, il n’ y pas si longtemps, dans son discours au Palais des congrès ,le 8 juin dernier, ceci : « On n’a encaissé encore aucun franc. C’est ainsi, si cela ne vous plaît pas ,on ne le fait pas!». Deux semaines après ce discours, l’emprunt a été signé .

Comment M. Béji Caïd Essebsi a su si l’emprunt plait ou ne plaît pas?

 Avec quelle instance de la puissance publique s’est-il concerté pour l’emprunt?

Quelles sont les entreprises qui vont êtres sollicitées pour effectuer les travaux de réfection du réseau routier? Sont-elles tunisiennes ou étrangères? Et s’il y a les deux cas, qui fait quoi et pour quels montants?

Quels travaux exactement? Et à quels endroits du territoire?

Sur la base de quel cahier des charges vont se répartir les ouvrages?

Combien de demandeurs d’emplois vont être exigés pour qu’ils soient recrutés par les autorités tunisiennes auprès des entreprises bénéficiaires des nouveaux ouvrages?

Les réponses à ces questions seront-elles un jour publiques, ce qui signifie publiées à la portée de tous et contenues dans un site d’une administration de l’État?

Est-ce le premier emprunt du genre ?

Depuis 2000 jusqu’à 2011, le montant de la dette contractée par la Tunisie auprès de la seule Banque Européenne d’investissement, est de  3 457 791 000 euros. S’agissant d’une dette publique et nationale, ce qui signifie qu’elle engage le pays tout entier, si on divise ces trois milliards et quelques millions d’euros  par le nombre de Tunisiens (disons 12 millions), on obtient approximativement le chiffre 288.

 Et si on convertit ce résultat en dinars, cela reviendrait à dire que tout tunisien ,est endetté  de plus que 500,000 dinars auprès du seul organisme prêteur qu’est la Banque Européenne d’investissement. Une somme qui correspond à deux mois de salaires mensuels ,sur la base de 48H, payés au SMIG (Le SMIG est de 255,632 dinars/48H, depuis le 1er mai 2011). 

Pays

De 2000 à 2011

(en euros)

Algérie

1,354,498,958

Égypte

3,876,179,235

Gaza / Cisjordanie

73,000,000

Israël

651,587,000

Jordanie

569,372,964

Liban

748,500,000

Ensemble des Pays Méditerranée

191,745,743

Maroc

2,972,500,000

Régional – Afrique du Nord

10,000,000

Syrie

1,621,850,166

Tunisie

3,457,791,000

 
Montant total

15,527,025,065

À noter que le produit intérieur brut du pays pour une année telle 2009 est de 40,04 milliards de dinars, avec un endettement extérieur qui frôle les 40 % ,soit 15,64 milliards de dinars.

Dans quelles directions sont parties ces milliards empruntés ?

Les destinataires présumés de ces dettes contractées  par la Tunisie  depuis 2000 jusqu’en 2011 (source tableau  BEI) :

Nom

Secteur

Date de signature

Montant signé (en €)

MODERNISATION ROUTIERE I Transports

24/06/2011

163,000,000

STEG CENTRALE DE SOUSSE (1) Énergie

11/12/2010

194,000,000

RESEAU FERROVIAIRE RAPIDE Transports

10/12/2010

119,000,000

STEG IV TRANSPORT ELECTRICITE (1) Énergie

15/10/2010

185,000,000

AUTOROUTE SFAX – GABES (2) Transports

11/12/2009

234,000,000

TUNISIAN INDIAN FERTILIZERS  (3) Industrie

24/03/2009

130,000,000

AEROPORT ENFIDHA  (4) Transports

27/02/2009

70,000,000

STEG – CENTRALE DE GHANNOUCH Énergie

30/12/2008

86,000,000

GCT MISE A NIVEAU ENVIRONNEMENTALE Industrie

19/12/2008

55,000,000

VOIRIES PRIORITAIRES V Transports

27/11/2008

110,000,000

STEG GAZ II (1) Énergie

24/04/2008

60,000,000

ENDA INTER ARABE  (5) Services

19/12/2007

1,950,000

PG ENTREPRISES TUNISIENNES V (6) Lignes de crédit

17/12/2007

200,000,000

TRANSMED PIPELINE EXPANSION (7) Énergie

28/11/2007

185,000,000

FONDS D AMORCAGE TUNISIEN (8) Lignes de crédit

13/07/2007

2,000,000

ONAS IV (9) Eau, assainissement, déchets solides

15/12/2006

40,000,000

STEG – CENTRALE DE GHANNOUCH (10) Énergie

15/12/2006

114,000,000

PG TECHNOPOLES TUNISIE (11) Lignes de crédit

01/12/2005

60,000,000

PG ENTREPRISES TUNISIENNES IV Lignes de crédit

01/12/2005

70,000,000

PG ENTREPRISES TUNISIENNES IV Lignes de crédit

01/12/2005

50,000,000

TECHNOPOLES Services

20/06/2005

13,520,000

TECHNOPOLES Industrie

20/06/2005

66,480,000

SNCFT IV Transports

21/12/2004

20,000,000

VOIRIES PRIORITAIRES IV Transports

21/12/2004

40,000,000

PRET GLOBAL CPSCL Lignes de crédit

09/12/2004

25,000,000

ASSAINISSEMENT DU SITE DE TAPARURA Eau, assainissement, déchets solides

26/07/2004

34,000,000

VOIRIES PRIORITAIRES III Transports

07/06/2004

65,000,000

STT – METRO LEGER DE TUNIS II Transports

18/12/2003

45,000,000

STEG GAZ Énergie

10/11/2003

55,000,000

TUNISACIER STEELWORKS (12) Industrie

09/10/2003

35,000,000

SANTE TUNISIE Éducation, Santé

13/06/2003

110,000,000

PG ENTREPRISES TUNISIENNES III Lignes de crédit

13/06/2003

150,000,000

AUTOROUTE DU SUD Transports

07/10/2002

120,000,000

STEG III TRANSPORT D ELECTRICITE Énergie

05/07/2002

150,000,000

CIMENTERIE CAT (13) Industrie

24/05/2002

20,000,000

PG ENTREPRISES TUNISIENNES II Lignes de crédit

10/12/2001

100,000,000

SONEDE – CONDUITE EAU POTABLE  (14) Eau, assainissement, déchets solides

10/12/2001

95,000,000

LIAISON ROUTIERE MENZEL-BOURGUIBA Transports

25/04/2001

30,000,000

SMLT – METRO LEGER TUNIS  (15) Transports

12/12/2000

30,000,000

DECHETS SOLIDES TUNISIE Eau, assainissement, déchets solides

25/11/2000

25,000,000

STEG II B – TRANSPORT ELECTRICITE Énergie

25/11/2000

45,000,000

CIMENT DE GABES (16) Services

24/11/2000

4,120,000

CIMENT DE GABES Services

24/11/2000

721

PG ENTREPRISES TUNISIENNES Lignes de crédit

13/05/2000

25,000,000

SNCFT III  (17) Transports

13/05/2000

25,000,000

Montant total

3,457,791,000

Quelques indications ci dessous, à propos des secteurs, services et autres bénéficiaires de ces crédits mentionnés dont le montant correspond à  plus que 6 milliards de dinars. Soit  6,825,679,434 dinars (cours actuel à la date d’aujourd’hui à l’achat).      

(1) STEGEntreprise publique de production ,d’acheminement et de distribution de l’électricité et du gaz .

(2) AUTOROUTESFAX – GABES      

(3) TUNISIAN INDIAN FERTILIZERS   : Société anonyme tuniso-indienne des engrais : TIFERT S.A.     Technique inutilisée : Le procédé Monsanto Enviro-Chem Systems de fertilisation des engrais .     

(4) AEROPORT ENFIDHA:  Construction et exploitation conjointes entre le Consortium turc TAV Airports Holding et l’aéroport international de Monastir .

(5) ENDA INTER ARABE     :   Institution de micro-crédits.                       

(6) PG ENTREPRISES TUNISIENNES V:   Financement de petites et moyennes entreprises.

(7) TRANSMED PIPELINE EXPANSION:     Société Tunisienne du Gazoduc Trans-tunisien opère le passage du pipeline transportant le gaz de l’Algérie vers la Sicile.                                   

(8) FONDS D AMORCAGE TUNISIEN:   Crédits d’aide à la création de nouvelles entreprises .

(9) l’ONASUn Etablissement public destiné à assainir l’eau et de veiller à sa qualité et sa distribution dans les meilleures conditions.

 (10) STEG – CENTRALE DE GHANNOUCH :    construite par  ALSTOM

 (11)  TECHNOPOLES:  Un réseau d’aide de création de structures de rencontres pour l’innovation et la création d’entreprises avec une implantation dans de diverses régions.     

(12) TUNISACIER STEELWORKS :  Filiale du groupe sidérurgique italien RIVA.      

(13) CIMENTERIE CAT :    Une société de ciment artificiel. Elle appartient au groupe italien: COLACEM.

Il y a également en Tunisie d’autres sociétés de ciment (qui n’apparaissent pas sur le tableau de dessus) :

– Celle de Jbel Oust. Elle appartient au groupe portugais : CIMPOR

-Celle d’Enfida . Elle appartient au groupe espagnol CEMENTOS PORTLAND.

-Celle de Gabès. Elle appartient au groupe portugais : SECIL.

-Une spécialisée dans le ciment blanc. Elle appartient au groupe espagnol; PRASA.                                   

(14) SONEDE – CONDUITE EAU POTABLE

    الشركة الوطنية لتوزيع واستغلال المياه 

(15)  SMLT – METRO LEGER TUNIS   :    Entreprise publique 

(16) CIMENT DE GABES   :   Société anonyme à capital 98% portugais.            

(17) SNCFT   :          Entreprise publique

D’après le Ministère de la Planification et de la Coopération Internationale, en ce qui concerne cette presque même période(2000-2010), les sommes empruntées ont été réparties de la manière suivante :

« 3046 Millions d’euros au titre du programme EUROMED II (2000-2010) contribuant au financement de 35 projets d’investissement dans les domaines de l’infrastructure (53%), lignes des crédit aux banques (26%), la Santé (5%), l’environnement (6%), secteur privé (10%). »

Approuvez à l’occasion le résumé simplifié sans autre détail.

Pourquoi toutes ces interrogations يقول القايل ?

Elles s’imposent, car lorsqu’on lit dans les propres documents de la BEI que sa mission consiste à «favoriser la réalisation des objectifs de l’Union européenne en accordant des financements», il est bon de savoir où se situent les divergences entre les intérêts nationaux de Tunisie et ceux de l’Union Européenne, sachant que les occasions ne manquent pas en Europe, pour rappeler à la Tunisie, qu’il y a une mer gigantesque qui la sépare du continent européen. Que Lampedusa est un cyclique et illustre témoin démontrant la divergence des intérêts, tout au moins ceux des classes dirigeantes en Europe qui ont le pouvoir politique et économique et qui n’hésitent pas à le faire savoir pour agrémenter leurs propres campagnes électorales dont la xénophobie, le rejet de tout ce qui est étranger, particulièrement celui qui provient du sud, constituent souvent le thème récurrent et la sous-couche de leurs programmes politiques. Un exemple pour illustrer ce propos, Claude Guéant, ministre de l’intérieur en France, s’exprimait avec une certaine aisance  de tout « l’estime » qu’il porte aux musulmans de France, devant des journalistes en avril 2011. Le même ,un mois plus tard, s’était rendu à Tunis et  et avait rencontré le premier ministre Béji Caïd Essebsi. Il disait :  « Nous souhaitons accompagner la Tunisie dans son chemin vers les libertés et vers la démocratie dans tous les domaines..». Y a-t-il plus de crédit dans un souhait que dans une prière dans la rue? Il faut être sourd ou naïf pour croire aux propos lorsqu’ils sont tenus à Tunis, faisant abstraction des individus qui les tiennent, et qui complètent leurs discours et révèlent leurs intentions  quand ils se trouvent sur leurs propres terrains . Même si le soleil tunisien peut rendre les gens plus humain, il ne faut pas s’attendre à ce qu’il accomplisse des miracles pour une exposition qui ne dure pas plus que trois jours, le temps d’une simple visite éclair.

Par ailleurs dans la même charte document de la BEI, il est écrit que : «La FEMIP* finance en priorité des projets réalisés par le secteur privé, qu’il s’agisse d’initiatives locales ou d’investissements étrangers directs ».

La question qui s’impose est la suivante: Si la BEI est si attentive pour satisfaire les intérêts des privés qu’ils soient des tunisiens ou des étrangers en Tunisie, pourquoi ne tire-elle pas les leçons avec les conclusions qui s’imposent lorsqu’on voit en Europe qu’essentiellement le privé qui est à l’initiative de la crise qui sévit actuellement sur le continent européen, notamment dans le secteur financier et bancaire. Qu’en Europe on vient de se réveiller, en contestant, après avoir réalisé que même l’agence de notation internationale qui dicte ses règles en matière de crédits que réclament les États, est sous la coupe du privé. Quel est le pays européen qui a réussi à créer plus d’emplois ou à satisfaire ses usagers en transformant ses entreprises qui appartenaient à l’Etat en sociétés privées ? Aucun! Zéro pays ! Zéro entreprise! La Grèce, le Portugal, l’Italie et l’Espagne sont les témoins. La France ne fait pas exception. Il serait curieux de tomber sur un salarié satisfait ou un usager content d’une des entreprises publiques françaises qui ont été ouvertes à la capitalisation privée au nom d’une religion qui ne dit pas son nom mais qui a ses dogmes : La modernisation. Une religion présentée au même titre que les autres religions du livre : Elle vient d’en haut .Le simple humain mortel doit l’appliquer en transposant ses directives. Même l’administration publique  française n’est pas épargnée par ce nouveau phénomène  de nature  jihadiste, appelé « la modernisation ». Le concept, le seul utilisé comme parade par le législateur dans les Assemblées européennes, en étendard pour justifier l’ouverture des entreprises nationales à la capitalisation. Cela peut concerner EDF, ADP, Air France, la Poste ou toute autre entreprise. 

En s’efforçant à donner les clefs du pouvoir économique en Tunisie à des privés ,la BEI n’implante-elle pas ,à coups de crédits, une idéologie, une politique, un mode de vie, essoufflés, que même l’Europe n’en veut plus ?

 La gravité est que la plupart de ces emprunts ,engagent la nation toute entière dans le processus d’une nation qui s’enfonce dans l’endettement avec ses conséquences désastreuses, car les intérêts de ces crédits qui s’accumulent sont à payer. Ces mêmes intérêts à rembourser doivent être prélevés et pour qu’ils le soient, ils doivent être collectés auprès de chacun sous formes de taxes directes et indirectes.

   L’ensemble de la population doit y participer. Elle est appelée à participer et à faire des sacrifices pour le remboursement de ces dettes qui s’érigent en contraintes incontournables.

  Le chemin de la déstabilisation de la société tunisienne se trace ainsi .Les conséquences sur le plan social et économique ,s’écrivent par le fournisseur de ces emprunts, et dans le cas présent, il s’agit de la Banque Européenne d’Investissement . Que dit cette banque? Elle dit qu’elle accorde l’avantage aux privés! Quel est le résultat au final? Une mutualisation des désastres et des pertes et une privatisation des intérêts et des bénéfices.

 ————————————————

*La FEMIP : Facility for Euro-Mediterranean Investment and Partnership. Il est le «Bras financier de la Banque européenne d’investissement dans le bassin méditerranéen ».

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La Tunisie et la Banque Européenne d’investissement

  1. singry dit :

    article excellent….

    • Adel Majri dit :

      ما لم افهمه هو كيف تقترض الدولة لصالح شركة خاصة؟فالشركات الأوروبية تستطيع أن تقترض بنفسها من البنك الأوروبي للإستثمار.أنت عزيزي الكاتب ركزت في آخر المقال علا مشاكل الخوصصة على المجموعة وهو ما كان فصيحا و بينا.أما الجزء الأول فقد بقي مفتوحا للتأويل ولم تتدخل ,كعادتك, لتوجه رأي القارئ. و هو الجزؤ الصعب كما الشيق في هذا التحليل. فللسائل أن يسأل لماذا أقرض البنك تونس إسرائيل و عمان فقط في السنوات الأخيرة؟هل لأن هذه البلدان فى عافية اقتصادية أم لأنها تتصرف كما يرغبه البنك؟ الإحتمال الثانى هو الأقرب للحقيقة خاصة عند إتمام قرائة التحليل.النقطة الثانية أنك قدمت لنا نسبة المديونية للبلاد التونسية باربعين في المائة من الدخل الخام, ولكنك لم تذكر هل هذا خطير أم لا, هل لأنك تثق في القدرة التقييمية لقرائك أم أنك أردت أن تتجنب مدح الحكومة التونسية,فهذه النسبة غير مرتفعة جدا,حتى تركز على نقد آداء الحكومة الإنتقالية, فهذا مسموح به أدبيا كأسلوب بلاغة لكنه ممنوع علميا.

      • كالعادة تسأل الأسئلة الصحيحة التي تمدد المناقشة في اتجاهات مثيرة جدا للاهتمام.
        السؤال1 : كيف تقترض الدولة لصالح شركة خاصة ؟
        الدولة لا تقترض للقطاع الخاص ولكن نيابة عنها ، نيابة عن برنامجها وسياستها على أساس الاتفاقات الثنائية, المؤسة المعنية هي التي تقترض , لا سيما مع المجموعة الأوروبية .
        كل من الشركات التي تؤسسها رؤوس أموال من الخواص أو شبه ذلك أو العامة ملك للدولة, هم جزء من جهاز الإنتاج في البلاد.
        الكل تخضع لقواعد مشتركة معينة من قانون العمل ، ومعايير الإنتاج والتدابير التنظيمية المتعلقة بالضرائب .
        كل دولة متكفلة باستدامة أعمالها وضمان بقائها السليم.
        فهو في إدارة هذه الشركات كخاصة أو كعامة ينتج الفرق.
        الدولة مسؤولة كطرف ثالث مثل أمام البنوك اذا قدمت نفسها كضمان عند الحصول على القروض. في بعض الحالات ، حتى لو لم تقدم ذلك , في حالة خلل هذه المؤسسات ، فالدولة تفضل أن تدفع فاتورة الائتمان بدلا من إنتاج مئات أو الآلاف من العمال و إدماجهم في سوق العاطلين عن العمل.
        السؤال الثاني : لماذا بنك الاستثمار الأوروبي لم يقدم إلا قروض لثلاث دول فقط ؟
        أنا لم أقرأ ولا أعلم بملفات عرضت على قروض بنك الاستثمار الأوروبي . عام 2011 لم ينتهي بعد . الجدول قابل للتغيير ، ولكن فيما يتعلق حجم القروض الممنوحة لتونس من قبل البنك ، هذا نتيجة لا شك في سياسة الانفتاح التي اختارتها طوعا تونس منذ يناير 2008 ، والانفتاح على المنافسة العالمية منذ بدء سريان اتفاق التجارة الحرة مع الاتحاد الأوروبي في عام 1995.
        الحدود الجغرافية التي يواجهها البشر لا يواجهها المال و البضاعة
        ونتيجة لهذه الاتفاقات هو أن العلامة التجارية كالأحذية لديها اكثر من حقوق إنسان ، والأحذية قد تدخل فرنسا في حين أن الإنسان ينبغي عليه الحصول على تأشيرة دخول.
        شيء آخر هو أن أي اتفاق يعني منطقيا المعاملة بالمثل لكن في الواقع إذ حامل الجنسية الأوروبية لا يحتاج إلى تأشيرة ليست هي الحال بالنسبة للتونسي

Les commentaires sont fermés.