Un traitement criminel pour une ancienne copie du Coran en Egypte

Salah Ben Omrane  dimanche 19 février 2012 à 13:40

Manipulation d’un ancien manuscrit « Le Coran » sans précautions ni règles d’hygiène élémentaires

   Je ne sais pas quelle technique ou quel procédé de restauration et de conservation utilisent les personnes qui touchent cet ancien exemplaire rare du Coran, sans utiliser des gants et des masques durant sa manipulation, mais la certitude bien réelle, est que ce type de contact est tout à fait inapproprié pour ce livre précieux. On peut imaginer facilement les risques certains par l’humidité dans l’air, la poussière, les bactéries et la transpiration et son acidité, qui sont des agents de détérioration inévitables lorsqu’on expose un document pareil dans des conditions telles qu’on le voit sur la photo.


  Il s’agit d’une ancienne copie du Coran et elle est actuellement en Egypte .

   Probablement, d’après des experts, elle a été effectuée sur ordre du gouverneur Abd al-Aziz Ibn Marwan ( mort en 704), qui est le frère du Calife Omeyyade Abd al-Malik Ibn Marwan ( né en 646 à La Mecque et mort en 705). Il est le cinquième calife omeyyade. Abd al-Aziz Ibn Marwan trahi par son frère , il n’a pas pu accéder au trône de Calife.

 l’éclairage montre clairement le manuscrit. On aperçoit le script et le marquage des voyelles qui sont de l’époque omeyyade, c’est à dire la fin du 1er siècle ou au début du 2ème siècle de l’Hégire.

 Ce manuscrit contient 1087 feuillets. 8 sont manquants.

Deux pages du même manuscrit en écriture coufique

La correspondance des deux pages en photo: La fin de Souret « Al Isrâa » et le début de Souret « Al kahf »

  Il a été conservé dans la collection spéciale de  « El Khadhi » : Abd al-Rahim al-Bisani al-Asqalani  à l’école : Al-Faḍiliyah dans la période ayyoubide [596 hégir / 1200], puis transféré à la coupole, à côté de l’école construite par Mamelouk Sultan Al-Guri [922 Hégir / 1516]. Il y demeura jusqu’en 1275 Hégir / 1858-59.

 De la coupole, il a été décalé à Masjid al-Zainabi, puis à Muhammed ʿ château d’Ali, puis à Diwan al-Awqaf dans les années 1304 de l’Hégir/ 1886 , puis à Qasr Abidin l’année suivante.

Il a atterri à Al-Mashad al -Husseini vers les années 1305 de l’Hégir . Il demeura à cet endroit  jusqu’en 2006 où il a été transféré à la bibliothèque du Centre des manuscrits islamiques, « Masjid assayyida Zaynab » du Caire.

 Avec un document aussi ancien est précieux, quand on voit comme il est manipulé, sans même être en possession des informations sur les conditions thermiques requises de sa conservation et durant cet examen, on ne peut que dénoncer et condamner ce traitement. Ce ne sont pas des conditions dignes pour être tranquille sur le sort d’un tel ouvrage si précieux appartenant à toute l’humanité.

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans culture, religion, Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.