Transcription et Traduction du discours de Samir Dilou suite au tollé de la presse

Salah Ben Omrane le vendredi 24 février 2012 à 20:05

  Samir Dilou est le porte parole du gouvernement tunisien. Il est également le ministère des droits de l’hommes et de la justice transitionnelle. Il est aussi membre militant du parti Ennahda . Lors d’une rencontre avec des membres de ce parti, il y a quelques jours, il s’est exprimé dans la salle, en ayant en relief à son discours, la gronde des journalistes en protestation à l’affaire du directeur du journal « Ettounsya » qui croupissait en cellule par une décision judiciaire et pour le motif qu’il ait fait publier une photo dans laquelle on voit une femme presque dénudée, en vertu de l’article 121 du code pénal , cher à Bourguiba et Ben Ali. Rappelons que la même photo avait déjà largement circulé dans le réseau internet et facebook. Qu’elle constituait déjà la page de couverture d’une revue qui s’appelle « GO ». 

Nous avons effectué la transcription et la traduction d’une large partie de ce discours. La traduction est en couleur verte et elle est agrémentée par notre commentaire en couleur noire .

La transcription du discours de Samir Dilou :

بسم الله والحمد لله و الصلاة و السلام على رسول الله
أيتها الأخوات الكريمات أيها الإخوة الكرام
السلام عليكم و رحمة الله تعالى و بركاته

أشعر بالشرف أن أكون بينكم ، وأستسمحُكم في أن أبدي بعض الخواطر لاني لم آتي إلي هنا لأقدم موقف الوزارة ، فموقف الوزارة معروف و لكني جئت هنا لأشارككم الإحتفاء برجال و نساء من أفضل ما أنتجت هذه البلاد و من أفضل ما أنجبت هذه البلاد و لتطرّح بعض القظايا بعيدا عن الإعلام وهذا الموضوع ، و دعونا نبدأ به ما دام المتحدث قبلي قد أثاره ، هو موضوع قد ملأ الدنيا و شغل الناس و لُبّس فيه الحق بالباطل و أتُخذ مطيّة لمهاجمة كل من يتناوله بغير ما يُرضي اصحاب القامات الطويلة فيه

.رأينا في بعض المظاهرات و التظاهرات لافتات تُرفع كُتب عليها  »   لا مقدّسة إلا الحرّية  » . كتبت    . « rien n’est plus sacré que ma liberté « : كتبت بالفرنسية

ليس هناك شيء مقدس أكثر من الحرية. وهذا بالطبع خطء بل و خطيئة من وجهتين أوّلهما أنه لا حرّية مقدسة في هاته الدنياء حتى في البلدان التي تُعتبرمنارة للإقتداء . بعض الحقوق مقدّسة و لكن الحريات كلها محدودة . كلها محدودة بعدم المساس بحريات الآخرين و محدوودة بالإطار الذي تُمارس فيه . ليس هناك حرية مطلقة  إذا تعدّت علي القانون .القانون العادل الذي يقبل به الناس ولا يُفرض عليهم . وإذا آعتدت علي حقوق الآخرين. و هذا القول خاطئ من وجهة أخري أننا لسنا قطعة من خشب أتت بها الوديان. نحن بلد له تاريخ و له حضارة و له دين و له قيم، فهناك ماهو أقدس من الحرية هناك مقدساتنا التي تورثناها من أجدادنا والتي أقّرها دستورنا والتي تحترمها قوانيننا. فهذه الشعارات التي تُروّج و تُزرع في أذهان الناس علي أنها بديهية ليست بديهية. تماما كالبديهية الأخرى التي نُهاجم دائما إن أردنا زعزعتها وهو أن بلدا يعيش الحرية لا يمكن أن تكون الحرية فيه بسرعتين متفاوتتين .الحرية لجميع من يتكلم في أتجاه و الحرية مقيدة لمن يتكلم في الأتجاه الآخر . للإعلام أن يتناول ما يشاء و حرية الإبداع و التفكير ليس لها أي سقف ولكن كل من يتناول الإعلام بالنقد و خاصة إن كان يقف على أرضية الحكومة فهو مُتّهم و مُذنب حتي أن تثبت برائته و تهمته أنه يريد أن يصادر حرية الإعلام و أنه يريد أن يمس من إستقلالية الإعلام .ولكننا نقولها بكل صراحة و بكل وضوح، ليس لهذه الحكومة أي رغبة و أي مصلحة في المساس من حرية الإعلام و لكن كل إعلامي يعتقد أن كل شيء قابل للنقد إلا الأداء الإعلامي و الإعلاميون فهو واهم وهو مخطئ . ولن نخضع في هذا المجال الإبتزاز رغم أن الكثير من الإعلامين يعتقدون أن التكفير عن ذنوب آقترفوها طيلة عشريات طويلة من التغطية علي المظالم و مجاملة الدكتاتوريين ،هؤلاء الذين يتغنّون بالحرية اليوم ، كانو يتهمونكم و يتهمونكنّ بأنكم وأنكنّ إرهابيون و إرهابيات .اليوم يتهمونكم و يتهمونكن بأنكم وأنكنّ أعداء للحرية.و أنكم لا تودون أن الإعلام يتحرر.أحد الصحافيين النزهاء الشرفاء كتب مقالا بعنوان »في بطلان الغصن الإعلامي » بعض الصحافين اليوم يريدون أن يتطهرو من آثام إرتباطهم مَصلحيا و منفعيا بالنظام السابق بأن يسُبوا الحكومة الحالية وفاتهم أن من يحكمون اليوم كانو يُعانون من إضطهاد النظام السابق بينما بعض المناضلين الجدد اليوم مازالو لم يمسحو أيديهم و شواربهم بعد مما أكلوه من فُتاة على موائد النظام السابق. و لكننا نتحفظ في الرد و لكننا لا نريد أن ندخل في مساجلات ولا مهاترات .بعض هؤلاء ملفاتهم مفتوحة و يعرفون جيدا أن ملفاتهم مفتوحة و البعض اليوم و تعرفونهم و لا أُشرفهم بذكر أسمائهم ،يتبارون في التطاول على المقدسات و في الإسفاف و يتهافتون على أبواب السجون .بعضهم يكاد يطرق أبواب السجون طالبا إستضافته ولو لليلة عندما كانت الكلمة الحرة جزائها الإختطاف من البيوت و أرى في هذه القاعة بعض من تعرضو لذلك .كان هؤلاء لا يفتحون أفواههم إلا في عيادة طبيب الأسنان .ولكنهم اليوم يُصدرون بعض الخِرق التي يسمونها صحف و يزينونا صفحاتها الأولى بالصور العارية و يكتبون مقالات تحتوي على عشارات العبارات النابية و يريدون أن يدخلو السجون حتى يصبحو شهداء الكلمة . ونصدُقكم القول بأننا في وضعية محرجة لا نريد أن نخفي ذلك  ،لأننا في ذات الوقت لا نريد أن نمنعهم شهادة نضال و بُطولة  لا يستحقونها و لكننا في نفس الوقت لا نريد منهم أن يواصلو في  نفخ صدورهم ببطولة كذبة . ولكن الله تعالى سييسر لهذه البلاد أن لا صح فيها إلا الصحيح.

Traduction :

« Au nom de Dieu. Louange à Dieu . Prière et paix sur le Messager de Dieu.

Chères sœurs bienfaisantes et chers frères bienfaisants 

Paix à vous avec  la miséricorde et les bénédictions d’Allah Tout-Puissant.

 Je me sens honoré d’être avec vous, et permettez-moi de faire quelques réflexions, car je ne suis pas venu ici présenter la position du ministère .

La position du ministère est connue, mais je suis venu ici me joindre à vous: hommes et femmes, le meilleur que ce pays a produit et enfanté , pour évoquer quelques affaires, loin des médias. Voici le sujet et commençons avec, du moment que celui qui est intervenu avant moi l’a évoqué . C’est un sujet qui a encombré l’univers et qui a préoccupé les gens, dans lequel la vérité a été pervertie par du mensonge et c’est devenu un moyen d’attaque  utilisé par les grandes tailles, contre celui l’aborde, sans que que cela ne leur plaise. »

M. Dilou dit qu’il n’intervient pas en tant que ministre, mais il intervient quand même en tant que M.Dilou qui est malgré tout, un ministre et porte parole du gouvernement de M.Jebali. Il ne semble pas qu’on l’ait surpris avec une caméra et un micro pendant qu’il fait ses courses au marché.  Si la nuance devait gommer la contradiction entre ses paroles et ses fonctions ministérielles, surtout celle de ministre chargé des droits de l’homme, il n’empêche qu’elle fournit davantage de précisons sur l’homme qui est Chargé des droits de l’homme qui ne sont pas rassurantes du tout.

 « Nous avons vu dans certaines manifestations et parades des panneaux sur lesquels il est écrit : « Rien n’est sacré sauf la liberté »   Il est écrit : qu’il n’y a rien de plus sacré que la liberté. Ceci est évidemment une erreur . «  Rien n’est plus sacré que ma liberté » en français , est une erreur de deux côtés. Premièrement , il n’y a pas de liberté sacrée dans cet univers, même dans les pays qui sont considérés comme des éclaireurs à suivre. Certains droits sont sacrés, mais toutes les libertés sont limitées. Toutes sont limitées pour ne pas empiéter sur celles d’autrui. Elles sont limités par le cadre dans lequel elles s’exercent. Il n’ y pas de liberté sacrée si elle enfreint la loi juste. Celle que les gens acceptent et qui ne s’impose pas à eux lorsqu’elle ne touche aux droits des autres . »

M. Dilou s’est livré à une interprétation publique de ce qui semble l’a touché en slogan durant la manifestation .Le slogan « rien n’est sacré sauf la liberté » , que lui-même a choisi  de citer , certainement le plus pratique pour lui permettre d’arpenter son sujet favori , s’est vite transformé par lui-même en : » rien n’est sacré que ma liberté » . La caricature y va à outrance . M.Dilou s’est livré à un jeu de mots entre « sacré » et liberté » et comme par un hasard heureux , c’est ce qui va amener sur le tapis sa propre définition du « sacré » et de « la liberté ».  Or ,il faudrait que celui qui avait rédigé un tel slogan soit « un imbécile heureux » pour signifier qu’il désirait avoir une liberté totale sans reconnaitre ni la liberté d’autrui , ni les lois et les règles de la société. D’après Mr Dilou , oui ça existe puisqu’il a vu le panneau et qu’il réfute cette conception.  À vrai dire était-il le témoin d’une caricature ou sommes nous les témoins d’une caricature dans le témoignage ?


« Cette parole est une erreur d’un autre côté , car nous ne sommes pas un bout de bois que les ruisseaux ont amené . Nous sommes un pays qui a une histoire et qui a une civilisation . Il a une religion et qui a des valeurs. Ainsi , il y a autre de plus sacré que la liberté . Il y a nos sacrés que nous avons hérités de nos ancêtres et que notre Constitution a décrété et que nos lois respectent . »

S’arrêter à une date précise de l’histoire de la Tunisie en niant ce qu’était la Tunisie antérieurement ou ultérieurement est un sacrilège. Lorsqu’il dit « Il y a nos sacrés que nous avons hérités de nos ancêtres  » ,il ne dit pas ce qui l’empêche de remonter encore plus le temps ou la Tunisie était habitée par des animistes voire même des païens plus tard. Si M.Dilou voudrait respecter scrupuleusement ses ancêtres qui ont existé avant l’arrivée des conquérants arabes, il devrait dans ce cas, leur faire honneur ,inscrire dans la nouvelle constitution la reconnaissance  de toutes les religions : le Judaïsme et le Christianisme  en incluant ceux qui ne croient en aucune. Il est  bon de rappeler que le Christianisme existait en Tunisie avant même que l’Europe ne le découvre en grande partie par la Tunisie. Que rien ne justifie, le choix entre tel ou tel conquérant pour le désigner en exclusivité et arbitrairement en seul maitre des lieux et d’une civilisation, à part l’esprit d’esclave et de vaincu qui « crie gloire aux vainqueurs et abat les vaincus ». Pas besoin de faire un dessin  ni une démonstration, il suffit de constater le mouvement des foules après chaque changement de régime pour s’apercevoir que cela a bien été transmis par les ancêtres.

« Cet sentiment qui circule et qui s’implante dans l’esprit des gens, comme si c’était une évidence, n’est pas tout à fait évident, autant que l’autre évidence qui se fait attaquer souvent, si nous avons voulu la bousculer. Dans pays de vie et de liberté , la liberté ne peut pas être à deux vitesses : la liberté pour tous ceux qui parlent dans un sens et la liberté avec intérêt pour celui qui parle d’un autre sens. »

« Que les média abordent ce qu’ils veulent. La liberté de création et de pensée n’a aucun toit mais dès l’instant où quelqu’un  critique les médias et surtout s’il se positionne dans le territoire du gouvernement, il est un accusé et coupable jusqu’à ce que son innocence soit prouvée. Il est accusé de s’opposer à la liberté de la presse et accusé de vouloir toucher à l’indépendance de la presse.

Mais nous le disons en toute franchise et en toute clarté , il n’existe aucune volonté, aucun intérêt dans ce gouvernement à vouloir toucher à la liberté des médias . »

Il faut vraiment l’entendre pour le croire que « le gouvernement n’a aucune volonté de toucher à la liberté des médias ». Certainement la liste des nomination à la tête de quelques médias qui avait circulé, faite par le gouvernement, avait pour but de libérer les médias dans leurs paroles , dans leurs écrits et dans leurs images. 

« Toute personne des médias croit que tout est disposé à la critique sauf la transmission médiatique et les gens des médias. C’est une une illusion et elle se trompe. Nous ne cèderons pas dans ce domaine malgré que de nombreux gens des médias, croient qu’il est un sacrilège de rappeler des torts qu’ils avaient commis durant de longues décennies, en couvrant des injustices et en étant complaisants avec des dictateurs. Ceux-là qui chantent la liberté aujourd’hui, ils vous accusaient toutes et tous que vous étiez des terroristes . Aujourd’hui ils vous accusent d’être des adversaires de la liberté . »

M.Dilou fait un amalgame entre les gens qui avaient souffert de la répression des anciens régimes et des gens qui sont au pouvoir actuellement. Il n’est pas le premier et il ne sera pas le dernier à faire usage de la rengaine de propagande Bourguibienne, arme avec laquelle , le pays était tenu:  La supériorité du citoyen « combattant » qui avait « combattu » pendant l’occupation sur ses co-citoyens. Comme si ce statut devrait lui conférer d’office  une crédibilité sur « ses bonnes intentions » et des avantages en conséquence . 

« Un  journaliste honorable et intègre a écrit un article avec le titre «  Dans le faux de la branche médiatique » . Quelques gens des médias veulent aujourd’hui se purifier des relations d’intérêt et de profit qu’ils avaient avec l’ancien régime, en insultant l’actuel gouvernement. Ils ont omis de se souvenir que ceux qui gouvernent aujourd’hui, subissaient les exactions de l’ancien régime. Mais quelques nouveaux militants aujourd’hui n’on’ pas encore essuyé leurs mains et leurs moustaches après ce qu’ils avaient mangé des restes sur les tables de l’ancien régime. Mais nous nous retenons pour y répondre, car nous ne voulons pas entrer  dans des discussions inutiles. »

« Certains, parmi eux, leurs dossiers sont ouverts. Ils savent que leurs dossiers sont ouverts et d’autres aujourd’hui, que vous connaissez, et je ne leur fait pas l’honneur de prononcer leurs noms, se complaisent à celui qui dénigre le plus ce qui est sacré et se ruent sur les portes des prisons. Certains parmi eux, sont sur le point de taper sur les portes des prisons pour qu’ils soient leurs invités, ne serait ce que pour une nuit, alors qu’avant, un mot libre était récompensé par un enlèvement à domicile. »

M.Dilou a fini par dévoiler la supercherie des faux militants. Ils veulent faire comme leurs ainés d’hier. Ils étaient parvenus à entrer en prison malgré « les empêchements » et qu’aujourd’hui i ls paradent en victorieux, sans manquer une occasion de rappeler le nombre d’années dans les geôles qu’ils avaient vécues. M.Dilou est très vif. Il est prêt à casser cet horrible cercle vicieux . Il a l’intelligence de  ne pas mentionner leurs noms. C’est une erreur qui avait été commise au temps de Bourguiba et de Ben Ali . Le public ne retiendra aucun nom . Le pont qui a fait passer les derniers militants vient ainsi ,d’être démoli.  Il ne reste plus, peut-être, que le recours au ministère des droits de l’homme, quand  un citoyen fasse l’objet d’une d’une violation de ses droits. 

« Je vois dans cette salle quelques uns qui ont fait l’objet de cela. Avant , ceux-là, n’ouvraient leurs bouches que dans les cabinets des dentistes et qu’aujourd’hui, ils émettent des torchons qu’ils appellent des journaux  et ils embellissent leurs premières pages avec des photos de nues et ils écrivent des articles avec des dizaines d’expressions amorales et ils veulent entrer dans les prisons pour qu’ils deviennent les victimes du mot. »

Que M.Dilou soit contre la publication de la photo incriminée dans le journal Ettounsya, n’est pas surprenant en soi, mais qu’il dise « ils embellissent leurs premières pages avec des photos de nus »et non « ils veulent , ou ils croient , ou ils pensent embellir », ceci dévoile son approbation de l’action d’embellissement de la première page du journal par  l’usage de la photo de nu. Il lui reconnait ainsi ce rôle . » و يزينونا صفحاتها الأولى بالصور العارية » .En utilisant le verbe « embellir » dans cette circonstance, il n’y a pas de meilleure reconnaissance , ni plus explicite au rôle de la photo de nu dans ce jounal . 

« Nous confirmons votre parole que nous sommes en effet dans une situation difficile. Nous ne voulons pas le cacher. Nous ne voulons pas dans ce cas, leur délivrer une attestation de militantisme et d’héroïsme qu’ils ne méritent pas. Mais, nous ne voulons pas, cependant, qu’ils poursuivent à bomber le torse avec du pseudo-héroïsme. Dieu le grand, va rendre facile à ce pays,  afin qu’il n’y ait que le vrai comme solide. »

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Transcription et Traduction du discours de Samir Dilou suite au tollé de la presse

  1. Adel Majri dit :

    حقاً أجدادنا لم يكونوا دائماً عرباً ، مسلمين . العربية لم تتوغل في أصقاع البلاد إلا عندما أرسل المعز لدين الله الفاطمي قبائل بني هلال ، المعروفة آنذاك بوحشيتها وبربريتها ، ليعيثوا في الأرض فساداً إنتقاماً من إعلان البربر انفصالهم عن الفاطميين ، الشيعة . البربر لم يرفعوا الأعلام ولم يطلقوا الزغاريد عند قدوم العرب ، المسلمين بل حاربوهم أعنف حرب تحت قيادة الكاهنة . التاريخ لم يبدأ مع المسلمين ولن ينتهي معهم . الفرد عليه الإفتخار بإنسانيته وشيمه وليس بدينه ، لونه ، لغته ، ماله أو جنسه . فترة حالكة تعيشها تونس . سابقاً التغطرس والفساد والآن التزمت والتحجر .

Les commentaires sont fermés.