Lotfi Zitoun, un tonitruant Conseiller gouvernemental bien particulier

Salah Ben Omrane  le mardi  19 juin 2012 à 10:40

Lotfi Zitoun , Conseiller du Président du gouvernement Mr Jebali

   Dans l’échiquier du gouvernement Jebali, il est partout et nulle part. Pas un sujet d’un ministère quelconque ne lui est interdit. De par son statut équivoque de Conseiller du Premier ministre, rien ne l’empêche de jouer à la doublure de son chef en se targuant du titre de n°2 dans l’appareil du gouvernement, auprès de ses collègues ministres.

   Côté public, il s’est fait connaître au courant du mois qui a suivi la formation du gouvernement. À chacun de ses passages en public ,il laisse ses empreintes . Impossible de ne pas le remarquer lorsqu’il prend le ton du chef avec une assurance et une bonne dose d’autorité. S’il était chez les Talibans, il aurait fait un bon ministre de la police des moeurs . Une place à la tête des enturbanés qui fouettaient les passants dans la rue, lui sied parfaitement.

    On l’a vu parlementer avec des sitinneurs et des sitinnés . Pas n’importe lesquels. Il est allé voir ceux qui avaient campé devant l’immeuble de la télé, pendant plusieurs semaines, arguant le motif que les journalistes de la télévision publique, n’étaient pas  objectifs et pas assez pro-gouvernement dans leurs programmes. Tous les matins, les journalistes et les techniciens , avant d’entrer dans leur lieu de travail, subissaient des insultes et devaient esquiver les crachats. La situation était devenue intenable . Mr Zitoun est allé  voir les sitinneurs dans le but de contenir leur colère en leur expliquant que cela ne pouvait pas durer.  De même, il n’a pas manqué d’aller rencontrer les employés de la télé, qui à leur tour, protestaient contre le harcèlement des sitinneurs. Il leur a expliqué que le gouvernement n’a pas du tout l »intention de vendre la télé , contrairement à ce qu’ils disaient avoir vu sur les cartons des sitinneurs .

    Auparavant, il y a eu une manifestation des agents de police devant le ministère de l’intérieur . Lotfi Zitoun  y était . On l’a vu à la télé rencontrer Samir Feriani, le policier Instructeur qui a eu quelques déboires avec la justice pour ses cris de colère et autres de ses dénonciations du dysfonctionnement au temps du gouvernement Essebsi . Devant les caméras , Monsieur Zitoun ,lui avait expliqué que sa situation pouvait s’arranger et qu’il devait garder l’espoir. Il lui a conseillé de saisir les autorités de tutelle . Ce fut le Conseil en public et devant les caméras du Conseiller au gouvernement . Tout le monde a jugé sur pièce qu’effectivement, il donne bien des conseils .

   Avec ces évènements qui se sont enchainés, ses apparitions publiques se sont multipliées. Il était devenu connu et demandé à la télé comme à la radio. Car en effet,donner des Conseils ,n’est pas une tâche aisée quand elle ne se monnaye pas des fois au prix fort et n’est pas Conseiller qui veut !

    Hamadi Jebali , Chef du gouvernement, l’avait déjà choisi parmi ses pairs du parti Ennahda, dont les deux sont issus. Il l’a amené dans son giron premier ministériel, baptisé Présidence du gouvernement, à la limite de la confusion avec la Présidence de la république dans sa dénomination. Recruter un Conseiller politique, pour un chef du gouvernement, c’est avant tout un geste politique. Une drôle de vision de désigner les priorités pour le pays. Comme s’il souffrait d’une carence à ce niveau précisément, celui de l’esprit, et non dans son corps , son économie et dans la gestion de ses ressources.  Une manière propre au gouvernement, désigné uniquement et exclusivement par l’Assemblée constituante et non par le peuple, comme il veut le faire croire , d’exprimer que la politique n’est pas une affaire d’idéologie ,de choix de visions dans une société, mais elle est une affaire de technicité et de stratégie . Et c’est tout le pays qui passe à la caisse, contraint et forcé, pour se payer un Conseiller politique, puisque celui-ci perçoit un salaire au frais de la princesse l »État. 

    C’est une fonction inconstitutionnelle par nature puisqu’elle s’oppose par nature aux intérêts du peuple qui doit être libre de choisir sa politique et non de se trouver contraint et forcé d’assurer les  moyens de subsistance d’un politicien,dans la mesure où il a été recruté en tant que tel en « Conseiller politique » et non en serviteur de l’État avec une fonction de service dans l’administration publique. Ce recrutement très spécial , par ailleurs, il faut avouer que c’est une place enviable à faire des jaloux parmi tous ceux d’Ennahda qui n’ont pas eu la chance de décrocher un poste de ministère. La limite du trop plein de ministres ( plus que 40) était atteinte. Difficile de contenter tous les assoiffés pour obtenir un poste de haut rang. Or, Mr Jebali  a eu la possibilité d’engager quelques uns de plus au titre de « Conseillers ». Ainsi , il a eu la possibilité de contourner le trop plein de ministres. Lotfi Zitoun a eu la chance de dégoter l’emploi de Conseiller. En prime , il a obtenu le rang de ministre avec tous les privilèges qui en découlent de cette nomination.

    Cependant, nous ne saurons rien sur les véritables conseils politiques qu’il prodigue au sein du Premier ministère. Nous ne saurons rien sur les performances en cotre partie de la facture publique . Quant à écouter les interventions publiques du Conseiller du chef du gouvernement Mr Zitoun, il semble que la mission existe bel et bien, mais à l’entendre, on ne peut pas jurer que la réciprocité soit assurée.

    Lotfi Zitoun semble dans ses intervention ne redouter aucun sujet . Il fonce avec l’audace d’un lion qui est son signe astral, qui se combine avec la témérité du taureau à qui, il arrive de mordre la poussière (voir une vidéo « Le fonceur » qui suit en compagnie de Samir Elwafi) .

     Il est d’une logique simplificatrice époustouflante dans les idées et il est doté d’une parole intarissable .Il ne sèche pas.  L’évocation de Ben Ali ou le temps de règne sont ses leitmotivs. C’est son argument arme secrète  dans tous les débats publics .C’est l’exemple qu’il met en avant à toutes les sauces  pour dénigrer le passé et qu’il oppose à ses contradicteurs . Il accuse souvent ces derniers , d’avoir soit collaboré avec ben Ali sans épargner ceux qui s’y étaient opposés , soit de n’avoir rien fait ou pas réussi à le déloger de son palais de Carthage . Pendant les dernières années tragiques avant la fuite de Ben Ali, lui il était à Londres.

     Un sacré bonhomme qui donne du fil à retordre aux habitués des rencontres paisibles et des débats télévisuels qui d’habitude, se déroulent suivant un code du respect mutuel entre convives, sans que les invités n’éprouvent l’envie que certaines règles, en ce qui concerne la prise de la parole par exemple, ou du respect, en s’abstenant de s’adresser à autrui par des remarques blessantes de leurs personnes . Il semble bien choisir ses cibles comme  si par avance , il avait mesuré le degré de leur irritation ainsi qu’anticiper l’impact de leur réaction contre lui . Une question demeure : Comment se fait-il que lorsqu’il est en présence de l’avocat Chokri Belaïd , toute sa véhémence disparait soudainement ?

    Les extraits dans les vidéos qui suivent donnent quelques indications sur le sacré Conseiller :

البشّار 

L’annonciateur des bonnes nouvelles

   Récemment ,lors de l’émission «Hadith Essâa» sur Alwatanya 1 , il est intervenu en dénigrant et en minimisant le rôle de l’opposition actuelle au gouvernement . Maya Jribi et Néjib Chabbi en font partie. Ils étaient également dans l’opposition et dans le même parti lorsque Ben Ali était au pouvoir. Lotfi Zitoun , en présence de Maya Jribi , s’est lancé devant les caméra de la télé à mettre en doute la sincérité dans l’action et les les interventions de Néjib Chabbi, le leader du PDP, pendant le soulèvement populaire et les grandes manifestations qui se sont déroulés en Tunisie avant le départ de Ben Ali le 14 janvier 2011. Cela ne pouvait qu’agacer Maya Jribi. Ce fût l’occasion qu’elle lui demande : « où est ce que vous étiez vous pendant ce temps là ? » Sa réponse était ceci :

 « أنا كنت في لندن آنبشٌر فى الشعب التونسي أنُّو بن علي مشيسقط »

Ce qui signifie en français :  « J’étais à Londres. J’annonçais au peuple tunisien la bonne nouvelle que Ben Ali allait tomber ! »

Le fonceur

    Samir Elwafi avait du mal à le contenir et à le rattraper pendant son débit de parole . Il avait eu la bonne intention de vouloir lui apporter quelques rectifications  durant une de ses lancées en paroles : Que d’une, on ne dit pas en arabe « Ettaghafer » mais on dit « Almaghfira » en ce qui concerne la langue arabe . Il voulait en même temps lui faire entendre que l’individu ne demande pas «le pardon » à ses semblables mais à Dieu ,suivant les principes de la religion musulmane dont il se réfère . Mais Lotfi Zitoun ne prêtait pas attention aux deux rectifications. Il poursuivait sa logorrhée . Ce n’est qu’à la fin , après avoir fini de parler, qu’il s’était rendu compte de l’importance de la correction apportée par  l’animateur de l’émission  Samir Elwafi ,surtout en ce qui concerne la différence entre « le pardon  » et « l’excuse ».  Pour un politique qui occupe un poste important dans un parti qui prétend se référer aux principes de l’Islam, c’est plus qu’une histoire de carence de langue du Coran et des principes de celui-ci . Cela pose quelques interrogations .

« Le Complot » est récurrent chez Lotfi Zitoun

Lotfi Zitoun rejette sans équivoque la faute dans les troubles qui ont suivi l’exposition d’Eabdellia de la Marsa , et qui avaient secoué la Tunisie pendant quelques jours , aux  artistes de l’exposition.

« Ils ont voulu tester le niveau de tolérance des Tunisiens dans l’acceptation des coups que pourraient subir leur religion musulmane » . C’est ce qu’il a affirmé et sans adjoindre à sa remarque qu’il ne souffre d’aucun complexe dans sa perception « du complot »

Il avait fallu le rappel à l’ordre de l’avocat Chokri Belaid pour calmer ses ardeurs de dénonciateur d’un autre complot tel que le montre la vidéo qui suit .   Chokri Belaid lui a rappelé la loi qui intime l’ordre à toute personne ayant assisté ou qui a pris connaissance en tant que témoin d’un délit ou d’un crime, qu’elle a l’obligation d’en informer l’autorité compétente,  sans tarder, sous peine de subir à son tour une peine.   

Un Donneur de leçons

   Il y a peu de personnes qui échappent à ses « leçons » et ses « admonestations » à la Télé : Quelques personnalités de l’opposition et les artistes sont une cible de choix de ses attaques. Néjib Chebbi  en a fait les frais dans cette vidéo.  Samir Bettaieb , n’a pas été épargné non plus, tel qu’on le voit  sur la vidéo qui suit. 

Samir Bettaieb , n’a pas été épargné non plus, tel qu’on le voit  sur la vidéo qui suit.

Le moqueur

   Au mois d’avril ,  Jawhar Ben Mbarek ( un universitaire connu pour ses positions républicaines et contre la violence des salafistes) , avait dénoncé publiquement une intimidation dont il avait fait l’objet et qui était accompagnée d’un morbide simulacre à une préparation de son exécution par égorgement à l’aide d’un couteau. Il a désigné ses agresseurs  affirmant qu’il s’agit d’un groupe d’extrémistes religieux qui sévissent dans la région de Douz à Souk Lahad (dans le gouvernorat de Kebili). Il avait cité des noms de témoins de la scène et de son agression.  Plusieurs personnalités publiques ainsi que des organisations de défense des droits de l’homme, ont relayé son appel pour qu’une enquête soit diligentée et pour que ses agresseurs soient arrêtés . Le 9 avril dernier, on l’a vu et entendu sur toute les télés dénoncer une autre agression dont il était victime le même jour. 

    Samir Elwafi  a évoqué cette affaire et a suscité la réaction de son invité Lotfi Zitoun à cet événement . On l’entend  dire qu’il ne le connait pas . Pour un Conseiller politique ,ne pas connaitre les personnalités politiques dans le pas c’est un comble. On entend le rire de Lotfi Zitoun avant même que Samir Elwafi termine sa question . Comme on peut s’en douter , c’est un rire qui est tout à fait en symbiose avec l’exercice de la haute fonction de Conseiller sur les affaires politiques auprès du premier ministre Hamadi Jebali . Pas besoin d’être dans la confidence pour imaginer le degré de sérieux dans la prise en charge des préoccupations des citoyens .  Le Premier ministre a de la chance d’avoir dans sa compagnie, un joyeux conseiller qui se marre si bien et accessoirement, qui règle les problèmes aussi miraculeusement par la méthode radicale de la négation . 

Il affrontait les balles

 On l’entend dire à Maya Jriba , sur cette vidéo :

وصلت بينا الدرجة خلّاتنا آنلقيو صدورنا للرصاص« 

    Ce qui se traduit ainsi : « Nous sommes arrivés au point d’affronter avec nos torses  les balles. »

Lui qui se trouvait à Londres pendant le soulèvement , il a dû bomber si loin et si grand le torse pour qu’il puisse affronter les balles qui volaient dans les rues en Tunisie.

Après cette appropriation du courage des manifestants , avec son « nous », on peut lui décerner, d’ores et déjà, la médaille du courage dans le domaine de la témérité politique . Il faut juste oser et lui il ose !

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans langage, média, polit-média, Politique, Tunisie, Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Lotfi Zitoun, un tonitruant Conseiller gouvernemental bien particulier

  1. lotfi zitoun dit :

    si salah j ai voulu juste vous remercier pour l’effort colossal (tres longue analyse, montage videos , ….) que vous avez produit pour me faire tout cet honneur. il ya un vers de poesie en arabe qui dit إذا أراد الله نشر فضـــيلة ….. طويت أتاح لها لســان حقود
    faites un effort pour la comprendre
    Mr salah with time you will learn that for a politician there is no such thing as bad bublicity as Oscar wilde put it:
    The only thing worse than being talked about is not being talked about. »
    thank you very much then et sans rancune

  2. lotfi zitoun dit :

    بالنسبة لكلمة التغافر آدعوك ان تبحث عنها في غوغل لانه يبدو ان ثقافتك لا تتجاوز الانترنت وعندما يتبين لك مدى جهلك ادعوك ان تحافظ على مقالك كما هو او تعترف بجهلك

    • إنك قلت في التسجيل »التغافر هو طلب المغفرة واحد واحد ! « .سمير الوافي، وأنا أشاطره ،أنّ عبارة « التغافر  » لا تجوز بالموقف المعني بالشأن لا من الناحية اللغوية ولا من الناحية الدينية.فالمغفرة بيد الله و التسامح من شأن الناس.
      وفيما يتعلق بالهجمات الشخصية .أقبلها بدون أي ردّ. أنت الزائر و أشكرك على زيارة هذا الموقع وأتمنّي أن تتداول عليه. .

  3. lotfi zitoun dit :

    مازلت تصدر على الجهل اوصيتك ان تبحث في الامدر فلم تفعل هل سمير الوافي هو مرجعك في اللغة العربية

  4. Adel Majri dit :

    لقد أبدعت في عرض قباحة وعورات هذا السياسي الذي أهم ميزاته الغلظة وقلة الأدب . بعض مواقع السخرية أغرقتني في الضحك كما جعلتني أشفق على هذا المتكبر البائس ،، Lui qui se trouvait à Londres pendant le soulèvement , il a dû bomber si loin et si grand le torse pour qu’il puisse affronter les balles qui volaient dans les rues en Tunisie.،، أو ،،
    أنا كنت في لندن آنبشٌر فى الشعب التونسي أنُّو بن علي مشيسقط »

Les commentaires sont fermés.