Rached Ghannouchi très intime avec les salafistes tunisiens

Salah Ben Omrane   11 octobre 2012  15:21

   Huit minutes d’enregistrement vidéo, viennent de donner un sujet de réflexion, si ce n’est pas de l’inquiétude, aux Tunisiens sur celui qui est considéré à ce jour, comme étant la matière grise et principal artisan du parti islamiste Ennahda .

  Une vidéo, qui semble qu’elle ait été enregistrée par les salafistes mêmes, en avril dernier, au cours d’une de leurs chaleureuses rencontres avec le grand chef spirituel Rached Ghannouchi. Il est celui, dont personne ne conteste la place d’homme clef, d’homme à Pouvoir du parti Ennahda . Il a une parole  reconnue, respectée, et écoutée, non que par les siens, et qui tranche comme une sentence, lorsque son entourage sollicite ses interventions pour mettre de l’ordre .

  La même vidéo a troublé les Tunisiens. Depuis qu’elle circule sur le net, elle a laissé  toutes les sphères de l’activisme politique en Tunisie médusées, dans une circonspection  totale. Ceci , car le Personnage Ghannouchi est réputé pour une certaine maîtrise et  un contrôle de soi et de sa propre image. Qui aurait parié qu’un jour il se livrerait avec autant de facilité. Il eût fallu qu’il ait plus qu’une confiance aveugle à son interlocuteur barbu (à moitié visible), pour qu’il se laisse aller jusqu’à accoucher  tant de monstruosités.

   Certaines de ses déclarations , peuvent donner matière à des poursuites de la part d’un juge d’instruction, si le principe d’égalité de tous devant loi était respecté en Tunisie. Même si nous sommes pour la liberté d’expression , et contre la saisie de la justice pour des déclarations pareilles, cependant, pour des faits similaires d’autres personnes mais qui ne possèdent pas tant de pouvoir que lui-même fait entendre, se sont retrouvées devant la justice. Souvenons nous de la convocation de Farhat Rajhi par un juge pour moins que ce qu’a affirmé Ghannouchi concernant la Tunisie et l’Algérie , pays voisin. Ghannouchi a été virulent dans son attaque de l’Algérie en estimant que « les laïques tiennent les mosquées ». Connaissant son statut réel dans les arcanes du Pouvoir en Tunisie, ses déclarations sont susceptibles d’offenser les Algériens et de brouiller les liens entre les deux pays. Farhat Rajhi , ancien ministre de l’intérieur , ne s’est pas laissé embarquer dans ce genre de considérations dans sa vidéo. 

   Rappelons aussi les tracasseries judiciaires que vît en ce moment  Ayoub Massoudi , ex Conseiller du Président Marzouki , qui en ce moment est éloigné de sa femme et ses enfants, privé de quitter librement la Tunisie, sous des chefs d’inculpations dont celle arguée par l’armée, de l’avoir discréditée. Lui,  Rached Ghannouchi a fait fort. Il ne s’est pas contenté d’égratigner l’image de l’armée par ses confidences publiques, il a même ajouté la police et l’administration publique dans le même sac .  

    Mais pour se permettre tant de fantaisies et d’égarements, nul n’a le droit sauf  Rached Ghannouchi et ce n’est pas le ministre de la justice , un de ses lieutenants, qui me contredirait. Le poursuivre pour ses paroles autant que d’autres ? il ne faut pas rêver !

   Bien entendu les justifications et les explications vont suivre ,une fois que le Staff d’Ennahda réalise les implications de cette vidéo qui leur siphonne toute la crédibilité de gens aptes à gouverner le pays avec un minimum de sérieux.  Bien évidemment, ils parleraient de trucage et de vidéo déformée. Il n’en est rien. Il y a des plans coupés mais il  ne s’agit pas du tout de trucage. les plans coupés se situent aux endroits suivants :  0:25, 1:27, 2:00, 2:13, 2,24. Il ne dénaturent pas le sens des phrases qui restent claires .

  Quant à l’Armée qui a subi « une attaque » incontestable de la part de Ghannouchi, avec un dénigrement flagrant, osera-telle le traduire devant la justice, jurisprudence du cas  Ayoub Massoudi oblige , ou esquivera-t-elle sa charge de front ? Bien entendu , elle répondra avec un courage martial , qu’elle est irréprochable et qu’elle n’a rien à se reprocher. Elle ne citera même pas son nom dans ses communiqués.  En un mot , n’est pas Rached Ghannouchi qui veut.

 Voici les principales idées (dont certaines incriminantes) contenues dans son intervention :

 1 Sa fierté  de  surprendre:

« Ennahda est devenue la maîtresse qui organise l’opération. Ceci, personne ne l’attendait: ni en occident , ni en orient ,ni chez les laïques.« 

 2. Désignation de L’élite comme ennemi principal :

« Maintenant les entités  laïques dans ce pays, il est vrai qu’elles n’ont pas obtenu la majorité , mais elles ont les médias, l’économie est entre leurs mains. L’administration tunisienne ! « .

 Dans un autre passage , il ajoute :

« Le sujet de la Chariâ, est qu’il existe une faction , une élite de Tunisiens qui détient les centres du Pouvoir et qui a peur de la Chariâ. « 

 3.La méfiance  des médias, suspicion  et discrédit de l’armée et de la police :

 « Dans leur main ( l’élite laïque),  il y a les médias et l’armée. Elle n’est pas garantie l’armée. La police n’est pas garantie. »

 « Les organes de l’État, ses arcanes, sont encore entre leurs mains. Tous les rouages sont dans leurs mains »

 4.Inventaire de commerçant:

« ce n’est pas qu’on a une mosquée, nous avons le ministère des affaires religieuses. Ce n’est pas que nous avons un comptoir, nous avons  l’État. Nous avons tout  marché mais il faut savoir l’utiliser.« 

 5.Une conception d’épicier de la politique:

« Le sage est celui, qui lorsqu’il parvient à obtenir un gain,  il le préserve. Il le met dans la poche. Il l’enferme .  Ainsi quand il fait de nouveaux pas en avant,  il est rassuré car ce qu’il a obtenu,  il est devenu garanti . Nous, nos frères, ce qu’on a obtenu en une seule année est grandiose. »

 « Nous avons les mosquées , faites apprendre ce que vous voulez . Maintenant, celui parmi vous qui veut faire une télé , la fait . Celui qui veut faire une radio , fait une radio. Celui qui veut faire une école fait une école. Et celui qui veut faire une université .Vous pouvez faire de camps. Vous pouvez inviter des prédicateurs de tous les endroits . »

 6. Avertissement sur la menace perpétuelle  et le danger de voir disparaître ce que son parti au pouvoir vient d’installer:

 » Car, vous croyez que ce qui a été réalisé pour vous (s’adressant aux salafistes devant lui), n’est pas fait pour être remis en cause ? « 

 7.Sur les relation avec l’Algérie :

« Nous croyions que l’Algérie avait décollé et qu’elle a atteint un point de non retour.  Il nous a été prouvé que cette évaluation était fausse. Nous sommes revenus en arrière  et les mosquées sont devenues sous l’autorité des laïques.  Et de nouveau, les islamistes étaient pourchassés . C’est dire que l’élite laïque dans notre pays est plus forte que celle qui est en Algérie et l’Islam en Algérie est plus fort que l’Islam en Tunisie . Malgré cela , il y a eu marche arrière  . »

 8. Une lecture paranoïaque des travaux dans les autres partis :

« Regardez les complots autour de nous. Tous, ils ne cessent de se réunir . Ils se réunissent contre qui ?  Contre l’Islam , contre nous . En principe , nous devrions remplir le pays par des associations et nous devrions exposer des écoles dans tout endroit. Mais, les gens ignorent encore l’Islam. »

 9.Caution et encouragements apportés aux salafistes:

 « La passion de nos frères les jeunes ( salafistes) est une passion qui est très bien, mais il faut qu’elle soit maîtrisée par des comités qui aient de la rationalité« .

La traduction du contenu de la vidéo :

 » Les laïques n’imaginaient pas qu’Ennahda allait prendre le pouvoir.

El Béji ( l’ancien premier ministre ) durant une année entière, il insistait, affirmant que les islamistes ne dépasseraient pas les 20 % ,dans tous les cas de figures.

20%  , il est possible de les dominer. Vous leur donnez un ou deux ministères marginaux, ou vous les écartez en formant un gouvernement sans eux. (une coupe [ discontinuité de l’enregistrement] )

Non , mais la grande surprise , qui est venue d’Ennahda , malgré la loi électorale injuste qu’ils ont faite, est qu’ Ennahda a obtenu ce qu’elle a .Qu’il n’était plus possible de l’ignorer . Au contraire , elle est devenue la maîtresse qui organise l’opération.  Ceci , personne ne l’attendait: ni en occident , ni en orient ,ni chez les laïques.

 Ennahda a pris le Pouvoir. Ennahda est sortie des décombres. En une seule année , elle s’est organisée . Comme vous le disiez , le peuple veut cette religion. Maintenant les entités  laïques dans ce pays , il est vrai qu’elles n’ont pas obtenu la majorité , mais elles ont les médias. L’économie est entre leurs mains. L’administration tunisienne ! Nous , nous sommes là haut mais , l’administration jusqu’à présent (une coupe)

En commençant par les agents , le RCD ( l ‘ancien parti de Ben Ali ) y revient .

Dans leur main ,  il y a les médias et l’armée. Elle n’est pas garantie l’armée. La police n’est pas garantie.

Obligatoirement , puisque les policiers, ceux  qui avaient fait ça à  Ali Larayedh, ils y sont encore. Toute la chaîne existe encore par procuration.(une coupe)

Ne vous trompez pas par vanité sur le nombre . Si vous avez sorti mille deux mille, dix , vingt mille personnes, ne vous laissez pas tromper par le nombre . Les organes de l’État, ses arcanes, sont encore entre leurs mains. Tous les rouges sont dans leurs mains (une coupe)

Maintenant , non, ce n’est pas qu’on a une mosquée, nous avons le ministère des affaires religieuses. Ce n’est pas que nous avons un comptoir ,nous avons  l’État, les maitres du marché mais il faut savoir l’utiliser.

Maintenant , moi, je dis à la jeunesse salafiste : Vous hier, et nous tous, la moulinette nous écrasait. Pas de mosquées!   Nous avons les mosquées, faites apprendre ce que vous voulez . Maintenant, celui parmi vous qui veut faire une télé , la fait . Celui qui veut faire une radio , fait une radio. Celui qui veut faire une école fait une école. Et celui qui veut faire une université .Vous pouvez faire de camps. Vous pouvez inviter des prédicateurs de tous les endroits .

Pourquoi vous êtes pressés ? Pourquoi vous ne prenez pas votre temps ? le temps de digérer les choses qui se sont réalisées. Car, vous croyez que ce qui a été réalisé pour vous,  n’est pas fait pour être remis en cause ?

C’est ainsi que nous pensions , quand nous étions en Algérie 91. Nos dos sont chauds par l’Algérie. Nous croyions que l’Algérie avait décollé et qu’elle a atteint le point de non retour.  Il nous a été prouvé que cette évaluation était fausse. Nous sommes revenus en arrière  et les mosquées sont devenues sous l’autorité des laïques.  E de nouveau, les islamistes étaient pourchassés . Ceci , peut-il arriver dans notre pays ?  Eux ils étaient élus à 80%,  et il y a eu le revirement à cela . C’est dire que l’élite laïque dans notre pays est plus forte que celle qui se trouve en Algérie. l’Islam en Algérie est plus fort que l’Islam en Tunisie . Malgré cela , il y a eu marche arrière  .

Le sage est celui, qui lorsqu’il parvient à obtenir un gain,  il le préserve. Il le met dans la poche. Il l’enferme .  Ainsi quand il fait de nouveaux pas en avant,  il est rassuré car ce qu’il a obtenu,  il est devenu garanti . Nous, nos frères, ce qu’on a obtenu en une seule année est grandiose.

 Cette grande chose n’est pas le dernier de nos gains. Regardez les complots autour de nous. Tous, ils ne cessent de se réunir . Ils se réunissent contre qui ?  Contre l’Islam , contre nous . Nous dans ce cas que dit-on aux gens ? Nous devons  fournir un discours rassurant . Et nous disons que le gain qu’on a obtenu on l’assure et on y ajoute dessus. Combien d’associations nous avons . En principe , nous devrions remplir le pays par des associations et nous devrions exposer des écoles dans tout endroit. Mais, les gens ignorent encore l’Islam.

En une seule année , nous nous sommes déplacés de sous la terre vers le pouvoir. Nos enfants au Pouvoir ne savent pas encore l’exercice du pouvoir. Ils n’ont pas encore pris connaissance de leurs milieux . les ministères qui y sont , il y a un ministre qui est en haut mais tous ceux qui sont en bas (geste qui indique l’insignifiance des autres ministres ). Combien déjà , lui il a besoin de temps d’apprentissage pour gouverner et pour assurer  son milieu et ceux qui travaillent avec lui.

 La passion de nos frères les jeunes est une passion qui est très bien, mais il faut qu’elle soit maîtrisée par des comités qui ont de la rationalité. 

 Maintenant, y a t-il un intérêt réel pour l’Islam, qu’on ajoute le texte de la Chariâ sur le texte de la constitution existant un texte sur la Chariâ ? Y-a-t-il un intérêt à ce qu’on s’engage dans ce combat ?  Pourquoi nous ne disons pas que le peuple tunisien est clair, et la politique juge ce qui est clair et qu’il a admis que l’Islam soit la religion de l’État.

Le sujet de la Chariâ, est qu’il existe une faction , une élite de Tunisiens qui détient les centres du Pouvoir et qui a peur de la Chariâ.  Avons nous une différence ou non entre la Chariâ et l’Islam ou nous n’avons pas ?  La Chäriâ suivant son véritable sens : Croyance, des rituels et des législations.

Nos frères qui sont passionnés par la frappe du texte de la Chariâ. , nous leur disons : « Vous voulez qu’on applique les frontières ? » Ils disent : « Non ce n’est pas ce qu’on voulait dire ». « Que vouez vous alors ? » « On veut le texte » .  « Pourquoi  ?»   Il répond que le texte va contraindre l’autorité. L’ancien texte n’a pas fixé l’autorité . Tout ceci est une vision en surface . Une vision d’apparence sans profondeur . Un qui se cramponne au texte de la Chariâ , l’Islam d’apparence. Et le laïque  d’apparence fait de même , il se cramponne , il a peur . Il accepte l’Islam mais il a peur de la Charîa. »

Fin de la traduction

   Le Président Moncef Marzouki  qui avait défendu la cause des Nahdaouis, à la tribune de l’Assemblée nationale française, disait aux députés français: « Mon devoir est de vous apporter des réponses aux questions que beaucoup d’amis se posent et se les posent avec sincérité: Est ce que la Tunisie est tombée dans l’escarcelle de l’islamisme? Non la Tunisie est tombée dans l’escarcelle de la démocratie ! » .

   Quand le chef même du Parti Ennahda s’exprime sans ambiguïté, que seul un État religieux  est le but de sa manoeuvre en politique, avec un comptage d’épicier de ce qu’il vient réaliser pour ses amis invités salafistes, en mosquées et autres lieux d’influences religieuses alors que le pays est assis sur un volcan prêt à imploser pour des raisons purement économiques, le président tunisien Marzouki aurait mieux fait de consulter son ami Ghannouchi avant de dire ses convictions sur Ennahda. Les preuves font échec aux convictions. Malheureusement ce sont les Tunisiens qui payent la facture et qui se trouvent discrédités. On ne peut pas faire tomber plus bas l’activisme politique. On ne peut pas faire tomber plus bas le niveau du sens de la politique qu’avec ces huit minutes d’enregistrement. La Tunisie mérite mieux ! Les Tunisiens valent mieux que cette farce de mauvais goût !

 ♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans langage, Politique, Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.