Les délices d’être ministre en Tunisie

Salah Ben Omrane   29 décembre 2012   12:40

  En Norvège, vous n’entendrez jamais quelqu’un brailler sur les ondes, ni sur un plateau télé ou dans une tribune, réclamant la sauvegarde d’une révolution. Les Norvégiens ne mangent pas de ce pain là. Pourtant, dans ce pays, la révolution y est tous les jours et personne n’en parle. L’humilité fait partie du mode de vie des norvégiens. Elle est la principale raison qu’ils n’en parlent pas. Ils ne font pas de bruit ni des tonnes! Il y a de quoi les envier de voir comment ils mettent la barre très haut à tous ceux qui seraient tentés de les suivre, de les imiter à vouloir mettre en pratique les principes sains de la vie en commun , entre gouvernants et gouvernés. Dans ce pays du nord les relations entre gens faisant partie d’un même pays ne sont pas biaisés,  ni par des considérations religieuses, ni par des appartenances claniques. Le respect de la personne humaine, de chaque individu, quel que soit son origine , son appartenance sociale , la région où il est se trouve, est une règle. La transparence dans la gestion des affaires de l’État, l’est aussi. En résumé , si Dieu ne leur a pas adressé un prophète en guise de les rappeler à l’ordre dans la langue norvégienne, à se conduire en responsables entre eux et en communauté, c’est qu’il a certainement estimé qu’il pouvait être tranquille en ce qui les concerne.

   En Tunisie , c’est autrement . Il ne sa passe pas un jour sans entendre un responsable faisant partie des actuels gouvernants? rappeler qu’il y a eu « une révolution » et qu’il faut la sauvegarder tel le feu sacré. C’est une rengaine habituelle dans les pays sous développés. Le dernier en date, Kaddafi et sa clique faisaient le même rappel quotidiennement depuis le coup d’État contre le roi Idriss Snoussi, le 1er septembre 1969,  appelé avec beaucoup  d’originalité « la révolution du 1er septembre ».  

    Un éloge endémique que tous les gouvernants s’en servent et s’embaument avec.  Il faut dire que les gouvernants dans les pays arabes sont perpétuellement confrontés au chantier interminable qui consiste à  se démarquer de leurs prédécesseurs. Pour le peu qu’ils fassent, ils ont besoin d’une fanfare qui les accompagne pour marquer la différence avec le passé.

   En Norvège l’argent public c’est sacré ! Si un ministre choisit de prendre un taxi et non les transports publics , il doit se le payer de sa poche. Or en Tunisie , nous avons le ministre des affaires étrangères , Rafik Ben Abdessalem, qui se paye des nuits dans un hôtel luxueux de la capitale invoquant le prétexte qu’il lui arrive de se retrouver tard le soir à errer près de son ministère cherchant refuge pour dormir . Cela lui paraît normal quand il s’en est expliqué sur le sujet, d’y trouver refuge au tarif de 516 dinars la nuit. L’équivalent du salaire moyen d’un fonctionnaire.

     En Suède pareil qu’en Norvège, les ministres sont considérés en citoyens comme les autres. Ils vivent modestement dans un pays riche contrairement aux ministres qui mènent un train de vie de riches dans les pays pauvres . Les ministres suédois sont entourés par des équipes réduites. En général, ils font eux mêmes leurs photocopies. Ils voyagent en seconde classe quand ils prennent l’avion et se mettent dans la file d’attente aux besoins comme tout un chacun. Dans leurs bureaux , ils boivent de l’eau du robinet et mangent à la cantine. Gare à celui ou celle qui fait des dépenses personnelles en les inscrivant sur le compte de l’État ou qui fait un achat ou débourse au nom de l’État une somme injustifiable. Pas de privilège pour les ministres. Simplification et transparence dans un climat de confiance .

  Allez comprendre comment ces deux pays scandinaves : la Suède et la Norvège, la Finlande y compris, font attention à toute dépense publique en contrôlant scrupuleusement leurs ministres ,qui doivent mener un train de vie modeste et ordinaire , dans ces mêmes pays, leurs États sont ceux qui contribuent le plus par des dons aux pays pauvres de la planète .

   Ces pays se sont emparés de la substance du message coranique ainsi que celui des autres livres saints. Ils font passer les prétendus défenseurs attitrés des religions qui baignent dans le faste pour des hooligans de la foi, qui sont collés à la religion comme on devient un supporter véreux d’une équipe de foot sans scrupule. 

 Elle n’est pas belle la vie quand on est ministre en Tunisie ?

Dernière information :
Karim  Bouebdelli qui est membre de l’Assemblée constituante vient de dénoncer un vote qui a eu lieu hier vendredi , autorisant une auto-augmentation de la prime de logement à 900 dinars par mois pour les membres bienheureux constituants de l’assemblée. Karim Bouebdelli fait partie des 13 votants contre.
 On ne peut pas dire que l’Assemblée constituante ne sait pas envoyer des signaux et qu’elle ne sait pas se venger quand l’un des siens  au gouvernement s’est trouvé confronté à fournir des explications sur ses factures Sheraton . Il a été épinglé par la bloggeuse Olfa Riahi .

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans actualité, affaires étrangères Tunisie, économie, Droit, europe-tunisie, finances, journalisme, justice, polit-criminalité, Politique, Tunisie, Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.