Moncef Marzouki, un président qui poignarde la puissance publique.

Salah Ben Omrane  vendredi 17 mai 2013 12:00

 Lors du Congrès National pour le Dialogue qu’a organisé l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), dans la journée d’hier, le Président Moncef Marzouki a créé l’évènement en faisant bondir de leurs sièges une bonne partie des auditeurs, qui ont préféré quitter la salle en signe de protestation à la salve venue du locataire du Palais de Carthage et en ce qui concerne le port du niqab dans les universités.

Voici la traduction, suivie de la vidéo de la partie de discours :

« Pour tous les Tunisiens, sous La bannière du seul drapeau, les mêmes droits et les mêmes obligations. Et de là, je ne comprends pas que se pratique une quelconque sorte de discrimination sur des citoyens et des citoyennes pour la raison dans la manière de leurs pratiques de leur religion ou de leur habillement. Et je ne comprends pas, et je n’accepte pas qu’une fille niquabée soit privée  de passer ses examens universitaires et qu’on fasse otage du bon déroulement de ces examens d’un entêtement contre un entêtement, d’un durcissement contre un durcissement et d’un fanatisme contre un durcissement . »

 Le paradoxe dans cette affaire, est que cette diatribe qui fustige le corps des enseignants qui appliquent le règlement et les directives des Conseils scientifiques dans les universités, est qu’elle provient  toujours du même orateur qu’est le président Marzouki qui venait tout juste de conclure un volet de son discours dans lequel il insistait sur la nécessité du « respect de la loi » .  D’un côté il prétend à la nécessité du respect de la loi , il prêche pour le dialogue intra-social et quelques secondes après, il fait l’aveu de son incapacité à comprendre que la même société civile puisse être organisée démocratiquement pour définir les règles et les conduites à tenir dans son organisation. 

 Le président Moncef Marzouki, par son discours devant les représentants des partis politiques, vient de leur fournir l’évidence que Moncef Marzouki est le premier ennemi de Moncef Marzouki et qu’il n’ont pas besoin de faire l’effort de discréditer l’univers dans lequel il baigne depuis le 23 octobre 2011 et qui se trouve être truffé de tocs, d’alliances toxiques et de contradictions.

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans actualité, Droit, information, justice, langage, Politique, religion, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.