Tunisie : Où sont les femmes ?

Par Salah Ben Omrane  le 23 août 2015 à 18:00

 En juin 2011, l’actuel Président de la République Tunisienne Béji Caïd Essebsi, était le Premier ministre et il avait  tenu un discours au Palais des congrès de Tunis, dans lequel il avait assuré qu’il y aurait une parité équilibrée (50% hommes/femmes), aux élections qui se préparaient à l’époque, celles de l’assemblée constituante.

Pourquoi ce rappel ? simplement parce qu’hier, le Gouvernement a fait publier une liste de nouveaux noms entrants dans la fonction de Gouverneur et ces  messieurs choisis par le Pouvoir exécutif, vont conquérir leurs sièges respectifs du territoire national.  Aucun nom de femme n’y figure sur cette liste et aucun nom de femme n’y figure sur celle des Gouverneurs en exercice.

Que s’est il passé depuis le discours de Béji Caïd Essebsi en 2011 ( vidéo en bas) où citant les membres du G8, qui avaient mis la Tunisie à l’honneur en l’invitant au cercle restreint, et à propos de la parité 50% hommes/femmes :  » Je leur ai dit que même en Europe vous n’avez pas cela !  » ?  

Un petit rappel :

Le 23 octobre 2011, sur 217 sièges de l’assemblée constituante, 49 étaient attribués à des femmes soit un taux de 24 %

Aux résultats du 2ème tour des élections législatives le 04 décembre 2014, sur une assemblée de 217 élus, 68 sièges ont été obtenus par des femmes soit un taux de 31,3 %

Puis, il y a eu les élections présidentielles et la formation du gouvernement Habib Essid (l’actuel) installé depuis le 06 février 2015. Ce gouvernement est composé de 41 ministres et Secrétaires d’État. Dans celui-ci, il y a 33 hommes et 8 femmes. soit un taux de 19,51 de femmes et aucun des principaux ministères régaliens n’a été attribué à une personne du sexe féminin, tels la justice, l’économie, le ministère des affaires étrangères ou l’intérieur.

Ce sont 3 ministres femmes : 1 celui de la femme, du tourisme et celui de la culture.

5 Secrétaires d’État :

– Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Finances
– Secrétaire d’Etat auprès du ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale
– Secrétaire d’Etat chargée de la Coopération internationale
– Secrétaire d’Etat à la production agricole
– Secrétaire d’Etat chargée du dossier des blessés et martyrs de la révolution

En effet, en Europe, ils n’ont même pas cela, cette spécificité dans l’écart entre le langage et la pratique sur le terrain. En Europe, on n’accepterait pas avec résignation un tel écart dans le langage prometteur et séducteur un jour, puis demain, le rétropédalage avec retour à des pratiques ancestrales et révolues en cantonnant la femme à jouer le rôle de pot de fleurs, « une potiche », version modernisée de l’ancienne qui faisait des youyous au passage de Sidi.

Des femmes en Tunisie ça existe ! Je cite à cette occasion, en à propos de présence féminine dans les ministères, le nom de l’une de ces femmes: Madame Basma Khalfaoui.  Cette femme, la veuve de Chokri Belaïd, avait dit non, lorsqu’il lui a été proposé un poste ministériel lors de la formation de l’actuel gouvernement. Elle interprétait l’invitation comme une gratification mal placée, et une lecture erronée de son activisme au cours de la dernière campagne présidentielle.  Preuve qu’il y a des femmes de conviction, qui ne se laissent pas intimider et ne s’achètent pas. Il y en a en Tunisie !

12 juin 2011 :


♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans actualité, administration, Politique, Politique en Tunisie, Tunisie, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.