Face au terrorisme: Vigilance et raison, les deux mamelles de la sagesse

Salah Ben Omrane  25 mars 2016 14:30

  Chakib Derouiche, journaliste dans la chaîne Alhiwar Ettounsi, en à propos sur les actes terroristes qui ont frappé récemment Bruxelles, considère que la guerre au terrorisme est bien mondiale, que c’est une guerre d’un nouveau genre, qu »elle  n’est ni traditionnelle ni conventionnelle et qu’elle n’a pas des lignes classiques de démarcation dans l’affrontement. Que cette forme nouvelle est susceptible de faire croître le taux d’islamophobie.  Il a reproché au ministère des affaires étrangères tunisien de n’avoir pas inclus dans son communiqué condamnant les attentats, une exhortation sous la forme d’une recommandation à l’adresse des Tunisiens qui vivent en Belgique afin qu’ils soient vigilants  face au danger de l’islamophobie en évitant de la sorte de tomber dans les pièges des amalgames entre l’islam et le terrorisme, en insistant que le terrorisme se nourrit de ce mélange.

Lotfi Lamari, journaliste également de la même chaîne et au cours de la même émission, est intervenu au cours du même débat sur les attentats de Bruxelles, mais d’une autre manière:

La traduction de son intervention :

« Soyons un peu modestes. La Tunisie n’est pas la Belgique. J’espère qu’un jour on sera la Belgique. Nous, en tant que Tunisiens, on va en Belgique soit pour travailler ou pour étudier. Peu de Tunisiens y vont pour le tourisme. Eux, ils viennent ici en tant que touristes. Mais, je voulais dire que cette frappe n’a pas visé la Belgique comme capitale de l’Europe du fait qu’elle a le siège de la Communauté européenne, mais également et surtout, car elle est la capitale de l’Islam en Europe. L’État qui prend le plus de soin de la religion musulmane, et laissez nous dire, l’État qui gâte le plus les musulmans, il est celui de la Belgique. La constitution belge permet aux musulmans de construire des lieux de culte et des mosquées. Il y a 300 mosquées et lieux de culte en Belgique. Depuis 1975, l’islam est enseigné dans les écoles belges. Il y a environ 700 enseignantes et enseignants qui font connaître l’Islam dans les établissements primaires et secondaires. Ils sont payés par les contribuables en Belgique. Bruxelles a toléré le port du hijab et du niqab et a accordé aux tribunaux familiaux la reconnaissance des recommandations suivant l’Islam. Bruxelles accorde des autorisations pour fêter les deux fêtes Aîd El kébir et Aïd Esseghir, la prière du vendredi, le pèlerinage et des autorisations à des radios musulmanes.   Des écoles et des cimetières musulmans sont en Belgique. le nom de Mohamed est le nom le plus populaire en Belgique. Il y a également un parti musulman qui a participé récemment à des élections municipales et qui a obtenu deux sièges. Il n’y a donc ni une volonté de nuisance [à l’encontre des musulmans] ni d’assèchement des sources, ni de dictature, qui sont les prétextes avec lesquels on tente de justifier le terrorisme et les terroristes . C’est un pays libre qui vous donne la liberté totale qui donne les droits en totalité et en plus que la totalité . Regardez comment il a été récompensé ! Ainsi , nous savons qu’elle est la nature de ces groupes dont la religion est la dernière de leurs préoccupations. Ce sont des groupes qui n’ont ni religion ni repère.« 

 

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans actualité, Politique, Politique en Tunisie, religion, Tunisie, Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.