Des personnalités s’attaquent aux personnes faisant suite au projet de loi du Conseil Supérieur de la Magistrature

Salah Ben Omrane  28 mai 2015  21:15

   Il leur a été difficile de patienter, attendre l’annonce du verdict de la Commission en charge de la surveillance de la constitutionnalité des lois, pour émettre un avis.

À lire le communiqué du Conseil de l’Ordre National des Avocats de Tunisie, le souci des avocats concernés, ne semble pas être la constitutionnalité dans le projet de loi formant le Conseil Supérieur de la Magistrature. L’objet de leur inquiétude est que le recours pour examen de sa constitutionnalité ait pu atterrir à la Commission provisoire chargée de cette tâche dans des conditions dont [ils] ne se contentent pas d’affirmer, qu'[ils] trouvent par exemple « douteuses » ou « ‘à revoir » mais se permettent d’affirmer sans craindre un contredit désavouant, qu’elles sont frappées d’irrégularité.

Si le contrôle de constitutionnalité du projet de loi, serait donc une menace ou une atteinte à un droit ou peut-être à un privilège de personnalités, que ce soit dit et étalé publiquement. En quoi est-ce qu’un contrôle sur la conformité d’un projet de loi avec la constitution puisse représenter un danger ? Il faut rappeler que le terme »personnalités » (شخصيّات ) est utilisé dans le projet même, désignant ainsi les personnes appelées à collaborer avec les modestes personnes de magistrats. Que ce projet qui regorge de ce genre d’aberrations a bel et bien été voté par une majorité confortable de Députés à l’Assemblée des représentants du Peuple alors que c’est une violation de l’Article 21 de la Constitution.

Par ailleurs, il est tout à fait compréhensible qu’une catégorie appelée « personnalités », qui n’a pas eu le temps de souffler, après avoir œuvré et s’être assurée d’une préemption de quelques sièges dans les arcanes du Conseil Supérieur de la Magistrature, alors qu’elle ne fait pas partie du corps de la magistrature, éprouve de la déception au premier handicap posé par le filtre constitutionnel, que toute nouvelle loi doit suivre le cheminement. Dans l’article 112 de la constitution, il est question de « … non magistrats, parmi les indépendants qui ont une spécialité … ». Il n’y a aucun motif objectif pour qu’une catégorie professionnelle particulière puisse se considérer comme étant plus apte qu’une autre pour exercer le rôle de de collaborateur des magistrats au sein du Conseil.  Il y a encore moins de raison d’accorder ce rôle à la formation professionnelle qui fait plus de bruit ou qui tape du pied  plus fort.

Le communiqué est assez long. Je conseille fortement de le lire ( traduction personnelle) et d’y méditer, car il traduit parfaitement l’état d’esprit d’une profession bien active et qui dit lutter.

 نص البيان :

« إن مجلس الهيئة الوطنية للمحامين، متابعة منه للحراك القانوني والحقوقي الرامي إلى تكريس تطلعات الشعب التونسي في قضاء مستقل ونزيه وعادل عبر تفعيل المضامين والمبادئ الواردة بدستور الجمهورية الثانية وذلك بإرساء أولى المؤسسات الدستورية المستقلة المجلس الأعلى للقضاء.

Traduction du texte du communiqué :

«  Le Conseil de l’Ordre National des Avocats, en suivant l’activisme législatif et du Droit visant à la concrétisation des aspirations du peuple tunisien à un système judiciaire indépendant, intègre et impartial, mettant en pratique les contenus et les principes de la Constitution de la Deuxième République, ceci en établissant la première des institutions constitutionnelles indépendantes, le Conseil supérieur de la magistrature;

وإذ يستحضر المجلس نضالات المحامين الرامية إلى إرساء قضاء تُحترم فيه الحقوق والحريات، كما يذكر المجلس بالمساعي المبذولة حال إعلان نتائج الانتخابات التشريعية بإقامة حوار حقيقي قصد إقرار تصوّر موحّد للمجلس الأعلى للقضاء ينأى بالجميع عن التجاذبات والتوظيف السياسي.

 Ainsi le Conseil évoque les luttes des avocats dans le but d’établir une justice où sont respectés  les droits et les libertés, de même que le Conseil rappelle les efforts entrepris quand les résultats des élections législatives étaient annoncés, mettant en place un véritable dialogue afin de décider d’une vision unifiée du Conseil supérieur de la magistrature à l’écart des tiraillements et des emplois politiques;

وعلى اثر وقوع الطعن في مشروع القانون الأساسي للمجلس الأعلى للقضاء لدى الهيئة الوقتية لمراقبة دستورية القوانين، رغم المجهودات المبذولة من قبل لجنة التشريع العام بمجلس نواب الشعب للوصول إلى توافقات ورغم المصادقة اثر ذلك من قبل الجلسة العامة للمجلس على القانون بأغلبية مريحة،

يهم مجلس الهيئة الوطنية للمحامين إنـــارة الــرأي العــــام بمـــــا يلــــي:

Et à l’effet d’un Appel contre le projet de loi fondamentale du Conseil supérieur de la magistrature près de la Commission provisoire de surveillance de la constitutionnalité des lois, malgré les efforts déployés par le Commission Générale Législative de l’Assemblée des Représentants du Peuple pour d’atteindre des consensus, et malgré la ratification qui en a suivi par l’assemblée plénière sur la loi avec une majorité confortable;

Il intéresse le Conseil National de l’Ordre des Avocats de faire réagir l’opinion publique, sur ceci :

1/ إن ردود الأفعال من بعض الجهات القضائية اتسم أغلبها بالتشنّج وغياب الموضوعية بما أدى إلى تعطيل مرفق العدالة بإضراب تواصل لأسبوع كامل في تجاهل تام لمصلحة المتقاضين.

(Résumé : Le but est de faire réagir l’opinion publique)

1 / Les réactions de certaines parties de la magistrature sont empreintes de crispations et d’une absence d’objectivité, ce qui a mené à la perturbation du service de la justice par une grève qui a duré une semaine entière  au mépris total de l’ intérêt des justiciables. 

2/ إن الخاص والعام يعلم علم اليقين أن عريضة الطعن المقدّمة إلى الهيئة الوقتية لمراقبة دستورية القوانين صيغت في توظيف سياسي واضح بعيدا كل البعد عن مصلحة الشعب التونسي الذي عانى من ويلات القضاء المستبد، كما أن طريق العودة إلى الاستبداد قصير من خلال جهاز قضائي كان مطوّعا في أغلبه لخدمة النظام الدكتاتوري.

(Résumé : l’action des magistrats, pas tous, perturbe le service public. Elle est contraire à l’intérêt des justiciables.)

  2 / Le privé et le public, savent à coup sûr, que la pétition d’Appel présentée à la Commission provisoire de contrôle de la constitutionnalité des lois, a été formulée suivant un emploi politique clair, loin, assez loin de l’intérêt du peuple tunisien, qui a souffert de la la tyrannie du pouvoir judiciaire, que le chemin du retour vers la tyrannie est court pour revenir à tyrannie par un appareil judiciaire, dans sa majorité qui était voué au service du régime dictatorial.

3/ إن عريضة الطعن شابتها اخلالات شكلية وجوهرية باعتبار إمضائها من قبل ثمانية وعشرون نائبا فقط، الأمر الذي يسقط الطعن شكلا لعدم توفر النصاب القانوني باعتباره شرطا أساسيا لقبول الطعن.

(Résumé : Pétition dans un but politique qui est contraire à l’intérêt des justiciables.)

3 / La pétition de l’Appel est entachée par des manquements dans sa forme et sur le fond en considération qu’elle n’a été signée que par vingt-huit députés uniquement, chose qui fait rejeter l’Appel dans sa forme pour absence de quorum légal, condition préalable pour l’acceptation du recours. 

4/ إن الطعن في حد ذاته خلا من كل مصداقية لوقوعه من بعض النواب الذين سبق لهم أن صوتوا لفائدة القانون سواء صلب لجنة التشريع العام أو بمناسبة المصادقة عليه بالجلسة العامة لمجلس نواب الشعب،هذا فضلا عن سحب نائبين لإمضائهما على عريضة الطعن في الأجل القانوني.

(Résumé : Une pétition en Appel à rejeter pour sa forme et pour le fond.)

 4 / l’Appel, en soi, est dépourvu de toute crédibilité dans son existence par certains élus, qui auparavant, avaient voté en faveur de la loi, soit à l’intérieur de la Commission générale des lois ou à l’occasion de sa ratification au cours de la session plénière de l’Assemblée des Représentants du Peuple, sans tenir compte du retrait de la signature  des deux élus de la pétition dans le délai légal.

5/ إن السيد رئيس الهيئة الوقتية لمراقبة دستورية القوانين المتعهّدة بالطعن سبق له أن عبّر عن موقفه المناهض بصفة صريحة وواضحة لقانون المجلس الأعلى للقضاء من خلال البيانات التي أصدرها بصفته الثانية وهي رئاسة الهيئة الوقتية للإشراف على القضاء العدلي ممّا ينزع عنه صفتي الحياد والموضوعية الواردتين باليمين التي أداها.

(Résumé : Un recours non crédible fait par des députés qui étaient hier pour le projet de loi.)

5 / Le président de la Commission provisoire de surveillance de la constitutionnalité des lois engagée dans l’Appel, s’est, auparavant, exprimé sur sa position de façon claire et explicite, contre la loi sur le Conseil supérieur de la magistrature, à travers les communiqués qu’il avait émis suivant son second titre de Président de la Commission provisoire de surveillance de la justice judiciaire, ce qui lui ôte les qualités de l’impartialité et de l’objectivité dont il avait fait le serment. 

6/ إن الطعن ارتكز على تركيبة الثلث المستقل وانبنى على هجوم واضح على المحاماة في محاولة لتجاهل دورها الأساسي المتمثل في شراكتها في إقامة العدل طبق ما جاء بباب السلطة القضائية بالفصل 105 من دستور الجمهورية التونسية.

(Résumé : Un président qui va examiner le recours dont on connaît à l’avance ses intentions, qui ne peut pas être impartial ou objectif et risque de trahir son serment.)

6 / L’Appel s’appuie sur la troisième formation indépendante et il est  basé sur une attaque claire de l’avocature dans une tentative d’ignorance de son rôle essentiel qui se représente par son partenariat dans l’installation de la justice, conformément à l’Article 105 dans le chapitre l’Autorité Judiciaire  de la Constitution de la République de Tunisie. 

7/ إن مضايقات المحامين قد بلغت الحدّ الذي لا يمكن قبوله برفض نيابة المحامين النواب بمجلس نواب الشعب لدى بعض الدوائر القضائية في تجاهل تام للفصل 24 من المرسوم المنظم لمهنة المحاماة والفصل 35 من القانون الأساسي عدد 16 لسنة 2014، وهو ما وقع مع بعض الزملاء المحترمين وفي مقدّمتهم الأستاذين عبد الفتاح مورو وعبادة الكافي. الشيء الذي يعكس التصرّفات غير المسؤولة والمتنافية مع مبادئ تسيير المرفق العام للعدالة.

(Résumé : C’est un recours contre la présence des avocats dans le CSM.)

7 / Le harcèlement des avocats a atteint la limite de l’inacceptable avec l’empêchement de siéger, les avocats élus députés,  dans certains cercles judiciaires, au mépris total du chapitre 24 du décret sur l’organisation de la profession d’avocat et de l’article 35 de la loi fondamentale n° 16- 2014. Ceci s’est produit à l’encontre de quelques confrères respectables dont font partie les Professeurs Abdelfattah Mouro et Abada Kéfi. Une chose qui reflète le comportement irresponsable et incompatible avec les principes de la conduite d’un service public de la justice.

 وعليه فإن مجلس الهيئة الوطنية للمحامين يدعو الشعب التونسي إلى اليقظة من إمكانية عودة الاستبداد بواسطة بعض الأجهزة القضائية.

ويحمّل السيد رئيس الجمهورية والسيد رئيس الحكومة مسؤوليتهما الكاملة لاتخاذ التدابير والإجراءات اللازمة في نطاق ما يجيزه الدستور والقانون لحماية الشعب التونسي.

ويؤكد مجلس الهيئة الوطنية للمحامين استعداده لاتخاذ كافة الأشكال النضالية من أجل تكريس نظام ديمقراطي يعبّر عن إرادة الشّعب التونسي وتطلّعه لقضاء مستقـل ونزيه وعادل.« 

(Résumé : Les avocats sont harcelés et écartés volontairement des lieux publics de décisions.)

En conséquence, le Conseil de l’Ordre des Avocats appelle le peuple tunisien à la vigilance du retour possible de la tyrannie par certains organes judiciaires.

Il rend entièrement responsables, monsieur le Président de la République et monsieur le Président du Gouvernement, afin qu’ils prennent les mesures et les procédures nécessaires dans les limites autorisées par la Constitution et la loi,  pour la protection du peuple tunisien.

Le Conseil de l’Ordre des Avocats confirme qu’il entreprend tous les formes de lutte afin de consacrer un système démocratique qui reflète la volonté du peuple tunisien, qui espère une justice indépendante, impartiale et équitable « .

(Résumé : Le Conseil de l’Ordre alerte le président de la République et le président du gouvernement en les mettant devant leurs responsabilités de protéger le peuple tunisien.)

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans actualité, administration, Droit, justice, langage, Politique, Politique en Tunisie, Tunisie, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Des personnalités s’attaquent aux personnes faisant suite au projet de loi du Conseil Supérieur de la Magistrature

  1. Ping : Retour à la case de départ du projet de loi sur le Conseil Supérieur de la Magistrature | Le milieu autorisé

Les commentaires sont fermés.