Le ministre de l’intérieur Ali Larayedh manifeste publiquement son empathie pour ceux qui ont arraché le drapeau tunisien .

Salah Ben Omrane  samedi 10 mars 2012 à 15h42

 

   Après que les salafistes aient arraché le drapeau tunisien au dessus de la faculté de Manouba , après qu’ils aient attrapé l’étudiante Amel Aloui, qui était en compagnie de Khaoula Rachidi, la première étudiante qui s’est interposée à leurs méfaits, en la rouant de coups de pieds pendant un quart d’heure sur ses parties génitales, le ministre de l’intérieur a réagi . Son intervention est transcrite et traduite dans ce qui suit. Vous vous attendez certainement qu’il remercie l’étudiante pour avoir défendu le drapeau tunisien avec courage et témérité? Vous vous attendez qu’il condamne la violation du drapeau tunisien ? Qu’il condamne qu’un groupe de voyous  s’attaque à une fille toute seule réduite dans un sale état ? Détrompez vous ! Le ministre de l’intérieur leur a déjà trouvé une excuse : Il a dit « À l’origine, ils ne comprennent pas les significations de la chose faite » . 

  Nous notons avec cette phrase,que La stratégie de défense s’est déjà mise en place . Le ministre de l’intérieur avec cette phrase, vient de faire l’aveu en révélant qu’il trouve des justifications au forfait commis par le groupe de salafistes . Nous ne sommes pas devant un cas d’explication d’un acte commis, mais devant un cas de sa justification. La nuance entre les deux positions est de taille. Comment le ministre a su que celui qui s’est attaqué au drapeau tunisien ne comprend pas les significations de son geste? Comment il a su qu’il ne s’agit pas d’une exécution  programmée en connaissance de cause? Cette affirmation minimise l’acte incriminé. Elle est acceptable de la bouche de l’avocat qui le défendrait dans un tribunal , devant un juge et le procureur de la république . Elle pourrait être évoquée et entendue en complément d’une enquête sur l’individu en question qui a commis l’acte. Mais que le ministre de l’intérieur se substitue ,aussi rapidement, à l’avocat éventuel de l’individu , en lui traçant déjà la ligne de défense c’est indiscutablement, un cas flagrant de partialité! Cela laisse présager que ces Salafistes vont être traduit devant la justice, rien que pour la forme, calmer les esprits en quelque sorte , tant que le gouvernement actuel tient le pouvoir exécutif ? Nous notons que les Salafistes « poursuivis »ont déjà un conseil , qui n’est  pas des moindres . Il est le ministre de l’intérieur en personne .

L’intervention transcrite du ministre de l’intérieur Ali Larayedh :

إذا  العمداء إلي هومة مأتمنينهم باش يربيو أولادنا و يكونونا أساتذة و معلمين باش يربونا صغارنا يحيرو في حلان مشكلة فكيفاش نطمعو في المستقبل ؟

الحقيقة أحنا كنا ديمة متواجدين حاضرين إدخّلنا في الكلية هذي بموافقة و بطلب مالعميد تاقداش مرة باش خرجنا الإعتصامات إلي هي بدات تشوش على الطلبة .ا 

لكن ما راعنا كان أشوية من هالشباب هذا إلي عندو غُلو  ديني ولي موش حابب ينضبط للقوانين وكائنو إيحب قانون وحدو على قياسو و شوية ملعميد والإدارة متاعو إلي عامل هل القضية هذي قضية سياسية.ة 

معناها نهار كامل وهو في الإعلام نهار كامل وهو يُنقد يُمر طول لوزير الداخلية تقولش لا ثمة لا رآسة جامعة لا وزارة تعليم عالي لا حت شيء يتصرف وحدو نهار كامل مع التلفزات مع الإعلام  و يأجج شوية في الأوضاع.ء

عاد إهنا أحنا شنقولو؟ أنقولو راهو إذا كان ما خرجتشي هل القضية مل الجانب السياسي و تبقى قضية تربوية راهي ما هيش باش تلقى حل.ء
أحنا هانا واقفين  و هانا متصدين وباش أنتابعو الناس إلي عملت العملة هاذيكة الخايبة الشنيعة إمتاع الإعتداء على العلم الوطني.ء
وهو مل الأصل ماهم فاهمين دلالات الشيء إلي عملوه.ء

باش يتعدو على القضاء بالتأكيد  و كل واحد يتجرأ علي فعلة كيف ما هاذيكة ماشي يتعدى على القانون و ماناش مترددين في هذا.ء

القانون فوق الجميع وحتى إلي يستضعفُو في الدولة راهو جايهم الدورهاو ماش آنقلك جايهم الدور.ء

Sa traduction et mes commentaires (en cette couleur):

« Si les doyens à qui on a fait confiance pour éduquer nos enfants et former nos professeurs et enseignants, éduquer nos petits, sont troublés pour résoudre un problème, comment avoir de l’espoir dans l’avenir ? »

À la faculté, il est question d’enseignement et non d’éducation. Les enseignants et les doyens n’ont pas pour vocation d’éduquer qui que ce soit. Le ministre confond entre une école maternelle ou une Medrassa Kittab avec une université. La faculté n’est pas un lieu pour infantiliser celui qui vient pour apprendre et chercher les connaissances et  le savoir.

« La vérité, nous étions constamment disponibles et présents . Nous ne sommes intervenus dans cette faculté avec l’accord et à la demande du Doyen, combien de fois pour que nous sortions les sit-ins qui ont commencé à perturber les étudiants. »

Il eût fallu intervenir une seule fois, de façon à empêcher par les moyens que l’État dispose qui empêchent toute récidive. Intervenir plusieurs fois, signifie qu’il y a une faillite et un dysfonctionnement. 

« Mais ce qui nous préoccupe est qu’en partie cette jeunesse là qui a du bouillonnement religieux et qui refuse de se plier aux lois .Comme si elle voulait une loi à part ,à sa mesure et d’autre part du Doyen et son administration. »

Le « bouillonnement religieux » dans le cas présent est l’euphémisme de « trouble à l’ordre public ». le trouble à l’ordre public est l’affaire de tout ministre de l’intérieur. Il y a peut-être une erreur dans le casting ministériel . Le ministre aurait peut-être du choisir un autre ministère ,vu sa perception de la situation et de la fonction relative à la la situation. Pourquoi pénaliser les voleurs puisque du point de vue de celui qui doit maintenir l’ordre , c’est une histoire de « bouillonnement ? Il va sans dire qu’ainsi, les voleurs sont dans « un bouillonnement économique » et les détraqués sexuels sont dans « un bouillonnement de libido ».

« Il a fait de cette affaire une affaire politique.

C’est-à-dire toute la journée il est avec les médias. Toute la journée ,il critique et passe directement vers le ministre de l’intérieur.

On dirait qu’il n’y a ni une présidence à la faculté ni un ministère de l’éducation ni rien.

 Il agit tout seul, toute la journée  avec les télés avec les médias et il pousse un peu les situations. »

Jusqu’à preuve du contraire , le Doyen  n’est pas allé chez les Salafistes et leurs amis, pour les empêcher de faire leurs réunions ou leur demander de se raser la barbe . Ils sont venus le chercher sur son lieu de travail. qu’ont fait les autorités publiques pour les empêcher de nuire ?

« Donc ici, qu’est que nous disons ? Nous disons que si cette affaire n’est pas dégagée de l’aspect politique et reste une affaire d’éducation ,elle ne trouvera pas de solution. »

Compte tenu du dénouement et de la prise en charge de l’État de cette affaire de délinquance et de trouble à l’ordre public , la voie est ouverte pour que les voleurs de voitures et ceux qui attaquent les banques et les meurtriers , soutiendront  qu’ils ne font que de l’exercice politique. La conduite du gouvernement est une jurisprudence en la matière. La brèche est déjà ouverte.

« Nous sommes ici debout et on va affronter et poursuivre les gens qui ont commis cet acte mauvais et horrible qui a consisté à porter atteinte au drapeau national . 

À l’origine , ils ne comprennent pas les significations de la chose faite.

Ils vont passer en jugement sûrement et toute personne qui ose faire un acte tel que celui-là ,il passera devant la justice et nous n’hésiterons pas à le faire .

La loi est au dessus de tous et même ceux qui sous estiment l’État , leur tour arrive. Je vous le dis leur tour va arriver . »

L’État n’est pas le gouvernement . C’est encore une confusion maladroite. Personne ne peut sous-estimer l’État , car elle-même fait partie de l’État. Par ailleurs , la sous-estimation de quoi que ce soit n’est pas un délit. Cela relève de l’intime conviction de la personne. Est-ce  encore une affaire de police des consciences qui se prépare ? 

  ————-fin de la traduction commentée ——————

On peut reprendre la métaphore du même ministre de l’intérieur, comparant les exactions des Salafistes à un « bouillonnement  religieux« , lui rétorquer qu’il est peut-être temps que la main qui a mis le feu puisse être retirée à temps, avant l’explosion. Il y a déjà suffisamment de casseroles brulantes que le parti d’où il vient va devoir trainer et pendant un long parcours ! 

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans actualité, polit-religion, Politique, religion, Tunisie, Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le ministre de l’intérieur Ali Larayedh manifeste publiquement son empathie pour ceux qui ont arraché le drapeau tunisien .

  1. Adel Majri dit :

    حقيقةً وزير الداخلية فقد فرامله وخرج بهذه التصريحات عن قيوده ليفضح تعاطفه مع السلفيين وحقده البغيض على حماة الحداثة والإعتدال . هذا الكره الجلي للعميد الحبيب القذدغلي والذي جسمته النهضة في حملتها الشعواء ضده على الفايس بوك ، له مرجعية عميقة ومرعبة !! البين أن النهضة تسعى بطريقة ممنهجة وجد خبيثة ، لتكميم الأفواه وطمس كل مظاهر المقاومة للأنموذج النهضوي للدولة الدينية ، الإيرانية وليست التركية كما يزعمون .

  2. Ping : Ennahda, sous la contrainte redoutable de l’exercice du pouvoir | Le milieu autorisé

Les commentaires sont fermés.