La démogogie au coeur du projet de la Constitution tunisienne.

Salah Ben Omrane  04 septembre 2012  00:30

    Dans l’avant projet de la Constitution, le pouvoir législatif est confié à un organe qui devra porter un nouveau nom: la Chambre du peuple «مجلس الشعب  ».

 C’est nouveau, ça rompt avec l’image de l’élu  «député» représentant, et surtout c’est plus flatteur pour la masse populaire,, que le rédacteur du projet, a bien voulu lui rappeler que la nouvelle Chambre, flambant neuve ,lui appartient.

  Une telle appellation se destine, à priori, à ôter toute ambiguïté concernant la fonction législative de la Chambre : Elle est au peuple; aucun représentant des martiens ne pourra se faufiler parmi les candidats, revendiquer leurs droits, même s’il parvient à se faire élire. Le nouveau nom devant la nouvelle Assemblée le fera fuir.

  C’est bien l’endroit où le peuple devra s’y trouver pour le tissage des lois, puisque la Chambre portera son nom.Comment? C’est une autre affaire !

 Matériellement, faire rentrer dans le même local plus que dix millions d’individus, d’après les Constituants, c’est possible, car ils ont voulu que ce soit ainsi, en changeant le nom de la Chambre qui était en effet restrictif à la députation. Nul ne pourra empêcher les citoyens d’y accéder quand ils le souhaitent. C’est bien leur Chambre et ils pointeront de l’index le nouveau nom qui sera marqué au devant de la porte d’entrée, à qui tentera de les empêcher. Ils en auront parfaitement le droit d’accès, librement et adieu la Chambre des députés !    

 L’appellation «  Chambre des députés » a été exterminée sans ménagements. Sauf qu’en lisant les différents articles qui concernent cette nouvelle Chambre, on s’aperçoit que ce n’est pas tout à fait le peuple qui y siègera . Seuls ses représentants qui devraient être élus pourront le faire et auront le droit d’intervenir . On apprend ,que chacun des élus devra représenter tout le peuple. C’est écrit dans le texte . C’est la fonction de l’élu mais elle est invérifiable . La représentation de tous citoyens, se range parmi les souhaits.

Bien entendu, les Constituants peuvent rétorquer que cette appellation la Chambre du peuple «مجلس الشعب  », existe déjà dans d’autres pays, la Syrie par exemple, qu’elle a fait ses preuves en rapprochant davantage le peuple avec les lieux où se prennent la parole libre et les grandes décisions de la nation.Rien à redire devant un tel argument.

  Par cette désignation , qui ne correspond pas à la réalité des faits , dans la mesure où le peuple n’aura pas le droit d’intervenir dans cette chambre sauf les membres qui seront élus , que le véritable peuple n’aura même pas le droit de frôler avec ses pieds les tapis du sol de l’honorable enceinte ,  porte un nom : DE LA DÉMAGOGIE !

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Autres articles parus sur le même sujet :

La Nouvelle Constitution sera caduque avant même sa naissance.

 L’Assemblée constituante tunisienne dans l’oeil du cyclone

Le mot “travail” est exclu dans l’avant projet de la constitution tunisienne

Le terrorisme d’État pointe son escarcelle enturbanée en Tunisie

Le référendum sur la future nouvelle constitution tunisienne ou le chaos

Galerie | Cet article, publié dans actualité, Droit, langage, Politique, Tunisie, Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.