Sadak Chourou, un élu d’Ennahda, a cassé le Coran en pleine Assemblée constituante sans qu’aucun ne réagisse !

Salah Ben Omrane  le mercredi 25 janvier 2012 à 00:25

En pleine Assemblée Constituante, Sadak  Chourou, un élu  du parti Ennahda, a pris la parole. Il a exprimé son attachement à l’action gouvernementale en préambule à son intervention. Au cours de son récit, qu’il lisait, comme vous pouvez le voir en vidéo, ce qui rend encore la faute impardonnable, il a déformé les paroles divines du saint Coran. C’est un sacrilège !

Il a, en effet, récité un passage de Sourate « Elmaïda » en modifiant les deux derniers mots sans qu’aucun ne le rappelle à l’ordre.

Il a dit ceci :

إِنَّمَا جَزَاء الَّذِينَ يُحَارِبُونَ الله وَرَسُولَهُ وَيَسْعَوْنَ فِي الأَرْضِ فَسَادًا أَن يُقَتَّلُواْ أَوْ يُصَلَّبُواْ أَوْ تُقَطَّعَ أَيْدِيهِمْ وَأَرْجُلُهُم مِّنْ خِلافٍ أَوْ يُنفَوْا مِنَ الأَرْضِ ذَلِكَ لَهُمْ خِزْيٌ فِي الدُّنْيَا وَلَهُمْ فِي الآخِرَةِ عَذَابٌ عَظِيمٌ

–  »  إِلاَّ الَّذِينَ تَابُواْ مِن قَبْلِ أَن تَقْدِرُواْ عَلَيْهِمْ فَاعْلَمُواْ أَنَّ الله  » عَزِِيزًٌ حَكِيم

! اأستغفر الله العظيم من كل ذنب أذنبته و(c’est moi qui l’ajoute)


 Or dans le Coran, il est écrit ceci :

إِنَّمَا جَزَاء الَّذِينَ يُحَارِبُونَ الله وَرَسُولَهُ وَيَسْعَوْنَ فِي الأَرْضِ فَسَادًا أَن يُقَتَّلُواْ أَوْ يُصَلَّبُواْ أَوْ تُقَطَّعَ أَيْدِيهِمْ وَأَرْجُلُهُم مِّنْ خِلافٍ أَوْ يُنفَوْا مِنَ الأَرْضِ ذَلِكَ لَهُمْ خِزْيٌ فِي الدُّنْيَا وَلَهُمْ فِي الآخِرَةِ عَذَابٌ عَظِيمٌ
إِلاَّ الَّذِينَ تَابُواْ مِن قَبْلِ أَن تَقْدِرُواْ عَلَيْهِمْ فَاعْلَمُواْ أَنَّ الله غَفُورٌ رَّحِيمٌ

Il a remplacé «  الله غَفُورٌ رَّحِيمٌ » par « الله عَزِِيزًٌ حَكِيم « . Il a remplacé « Dieu le miséricordieux qui pardonne » par « Dieu le sage est clairvoyant«  . La différence de sens est importante car dans le remplacement du  » Pardon  » par « la sagesse », cela rend Dieu prêt à punir en se fondant sur la sagesse et la clairvoyance alors que Dieu lui-même dit qu’il pardonne et qu’il est miséricordieux. Une manière diabolique et blasphématoire pour aller chercher l’appui de Dieu pour légitimer la haine et la violence.

Pour aller aussi loin, en commettant le sacrilège et le blasphème de la déformation de la parole de Dieu dans un lieu qui est réservé pour faire de la politique qu’est l’Assemblée, ceci est un grave outrage contre le Coran qui est la parole de Dieu. Certains le laissent faire et l’applaudissent, comble de l’ignorance et comble du mépris pour les auditeurs.

La vidéo Youtube qui suit est un enregistrement fidèle de l’intervention incriminée.

 

Cependant, soyez vigilants! Les ennemis de l’Islam qui sont à craindre, sont ceux-là qui déforment le texte coranique. Le résultat de leurs déformations a un effet immédiat sur une population qui s’est rebellée contre l’injustice et qui subi des attaques violentes et répressives au cours de sa rébellion.  Il consiste à associer le texte religieux à l’action politique répressive alors que la religion est innocente , voire même dans le cas de l’exemple cité, elle exhorte au pardon et ne vient, certainement pas, en renfort pour justifier la répression des uns contre les autres au prétexte qu’ainsi «elle est la clairvoyance divine». Méfiance des déguisés et accoutrés qui tentent de faire croire qu’ils portent l’Islam. Rappelons que le vêtement n’est qu’un accessoire, un subterfuge de mise en scène, une ruse qui peut enrober un mensonge. Il fait fait partie du show. Que peut importe l’empaquetage, cela ne peut, en aucun cas, modifier l’écrit dans le Coran. 

♦○•○♦○•○♦○•○♦

Galerie | Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Sadak Chourou, un élu d’Ennahda, a cassé le Coran en pleine Assemblée constituante sans qu’aucun ne réagisse !

  1. Ping : Râbaâ Khouja | Le milieu autorisé

  2. Ping : Râbâa Khouja | Le milieu autorisé

  3. Ping : Entre Tunis et et Bruxelles, Ennahda tente le tout pour le tout: Le grand écart sans échauffements ! | Le milieu autorisé

  4. Ping : Entre Tunis et Bruxelles, Ennahda tente le tout pour le tout: Le grand écart sans échauffements ! | Le milieu autorisé

  5. Ping : Wagdi Ghoneim a commis le blasphème! Il a cassé le Coran en Tunisie . | Le milieu autorisé

  6. #tunisie Manipulation ou erreur d’un islamiste dans un verset coranique?

    • Pour trouver une réponse cohérente dans toute enquête, la question qui se pose est: À qui profite le crime ?
      Dans le cas présent,s’il s’était maintenu à la vraie version, il aurait cité le verset en le terminant par « Dieu le miséricordieux et qui pardonne ». C’est un message de paix et de pardon après le rappel de « la loi ». C’est ce qui arrive dans les tribunaux des pays démocratiques. Il est rare que la prononciation d’une peine soit à la hauteur de ce que dit la loi. La clémence fait partie de l’arsenal juridique.

      Mais avec la version tronquée du Coran , le fait de conclure par « Dieu est sage et Clairvoyant » cela implique que la peine résulte d’une sagesse et d’une clairvoyance. Cette conclusion ferme toute possibilité de révision d’un jugement et dénature le message même coranique . Cela rend la religion musulmane dure . Or c’est contraire à ce qui est dit dans le même Coran : Une Religion de facilité et non de dureté « Dinou Yosr wa la Osr ».

      Il faut vraiment être un politique aux abois ,arrogant , la conscience pas tranquille , et pas du tout dans une position confortable en récupérant le Coran de la sorte pour dire en résumé qu’il faut punir et que la peine a été bien étudiée par Dieu .

  7. Mai Nour dit :

    Je vous applaudis. MERCI!

  8. Ping : Ennahda, sous la contrainte redoutable de l’exercice du pouvoir | Le milieu autorisé

  9. Ping : Wagdi Ghoneïm récidive dans le blasphème. | Le milieu autorisé

Les commentaires sont fermés.